Grossesse
Leave a comment

{Grossesse} Préparation à l’accouchement #2

Et voici la suite de mon résumé sur les cours de préparation à l’accouchement.
(Pour lire la première partie, c’est ici : la préparation physique.)

Préparatifs pour le jour de l’accouchement :

Quelques tuyaux donnés par les sages-femmes :

Préparer les habits du bébé jour par jour, dans des sachets congélation.
L’idée est marrante, mais en y réfléchissant c’est un excellent conseil : on s’y retrouve facilement, et on n’a pas besoin de renverser la valise pour retrouver le bonnet ou une paire de chaussettes.
Préparer des sachets pour les 5 premiers jours (en général, on reste moins longtemps dans le cas d’un accouchement par voie basse, mais on ne sait jamais).
Dans chaque sachet, placer les vêtements correspondants (body + pyjama ou ensemble). Pour le sachet du premier jour, rajouter 1 bonnet qui sera mis au bébé dès les premiers instants.

Pour les premiers instants de vie, prévoir également une sortie de bain ou une petite couverture pour le bébé.
Ainsi dès l’expulsion terminée et le test d’Apgar effectué, s’il n’y a pas de problème particulier, le bébé pourra être placé en peau à peau, avec juste une couche, son petit bonnet, et la sortie de bain/couverture pour lui tenir chaud. Les premiers soins et la première toilette n’auront lieu qu’après, par exemple une fois qu’il aura tété.

– Emporter la documentation dans la salle d’accouchement.
Bien prévoir de garder avec soi les résultats d’analyse, principalement les derniers, jusque dans la salle d’accouchement (ne pas les laisser au papa parti garer la voiture, ou dans la valise qui reste dans la chambre/salle de dilatation).

Comment savoir si le travail a commencé ou pas ?

Les contractions :

Tout d’abord, il faut différencier les contractions utérines qui annoncent le travail, et les contractions de Braxton Hicks, qui peuvent commencer dès les premiers mois de grossesse et qui n’entraînent pas la dilatation du col de l’utérus.
Lorsque dans les dernières semaines de grossesse, on commence à ressentir des contractions douloureuses, on peut commencer à s’interroger et à se demander si le travail a commencé.

Pour s’en assurer, les sages-femmes recommandent plusieurs choses :
– Boire quelque chose de sucré (par exemple de l’Aquarius)
– Prendre un paracétamol
– Prendre un bain chaud
– On peut également s’allonger sur le côté gauche
Si avec ces actions les contractions disparaissent, c’est que le travail n’a pas encore commencé.

En revanche, si les contractions continuent et qu’en plus elles sont régulières et longues, le jour J est arrivé. Il faut alors commencer à les compter : les sages-femmes conseillent de partir à la clinique lorsque les contractions sont de 1 minute toutes les 5 minutes depuis 2 h environ (à adapter bien sûr en fonction de l’éloignement de la clinique, du trafic, etc.).

Remarques : et si j’ai des contractions régulières mais que je n’ai pas perdu les eaux ?
Contrairement aux idées reçues, c’est tout à fait normal de ne pas perdre les eaux. Si la poche des eaux ne s’est pas rompue, c’est la sage-femme qui la percera au moment le plus opportun. 

La perte des eaux

Contrairement à ce qu’on voit dans les films, il n’est pas nécessaire de se précipiter à la clinique dès qu’on rompt la poche des eaux.
La rupture de la poche des eaux implique effectivement un départ à la clinique car l’utérus n’est plus protégé, mais la couleur du liquide amniotique qui s’écoule est un indicateur qui nous permet de savoir s’il faut se presser ou pas :
– liquide clair ou transparent : tout va bien, j’ai le temps de me doucher et de déjeuner tranquillement avant de partir.
– liquide rouge, avec du sang : n’implique pas qu’il y ait un problème mais mieux vaut partir rapidement pour s’en assurer. On se douche et on y va.
– liquide vert/marron/foncé : présence de méconium dans le liquide amniotique, qui peut signifier que le bébé n’est pas bien (là encore, il y a de fortes chances que ce ne soit rien, mais mieux vaut s’en assurer rapidement) : on se douche et on y va sans traîner.

Bon à savoir : si la poche des eaux est rompue, on va continuer à perdre du liquide amniotique jusqu’à la fin de l’accouchement –> prévoir une petite serviette pour dans la voiture.

Remise en forme physique après l’accouchement :

Dès les premières 24h, on peut marcher un peu (dans les couloirs de la clinique !), en adoptant la bonne posture. On peut également reprend les Kegels (exercices de contraction du périnée, qui vont permettre de raffermir cette zone qui a forcément été altérée par l’accouchement).

Pendant les 40 premiers jours, il est important de beaucoup se reposer et de ne pas en faire trop. A la fin de cette période, un examen avec le gynécologue (ou la sage-femme) doit permettre de vérifier que tout va bien et que les organes se remettent bien en place. Avec son accord, c’est le bon moment pour commencer des cours post-accouchement, qui vont permettre de renforcer les muscles du périnée, la ceinture abdominale, etc.
Attention, pour reprendre une activité physique plus intense, il est nécessaire d’obtenir l’accord du médecin.

A celles qui ont déjà vécu un accouchement : comment s’est passée la remise en forme après l’accouchement ? Avez-vous pratiqué des exercices spécifiques ?

0 Comments

  1. Pingback: {Grossesse} Préparation à l’accouchement #3 | Une fille d'avril

  2. caroline says

    Commentaire… parfois, la sage-femme peut même laisser la poche des eaux intacte…je l’ai vu faire plusieurs fois, très chouette!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.