Enfants & Parents
comments 3

Confier son enfant #1

Voilà maintenant 2 semaines que Babygirl va à la crèche, l’occasion pour moi de faire un petit bilan. Je vais commencer par un petit récap sur les modes de garde en Espagne, en espérant que cela puisse aider les jeunes parents qui cherchent des infos à ce sujet. Je parlerai ensuite de la solution de garde que nous avons choisie, et de ce que ça implique pour nous et pour Babygirl.

agenda

Les modes de garde en Espagne :

Les modes de garde sont plus ou moins les mêmes qu’en France. Je partage ici les infos que j’ai pu trouver, sachant que dans certains cas, comme pour les crèches publiques, je n’ai pas 100% compris le fonctionnement. Si vous trouvez dans cet article des infos incorrectes, n’hésitez pas à me le signaler !

Les crèches publiques :
A Barcelone, ce sont celles qu’on appelle les « escoles Bressol ». Peu onéreuses, mais pas forcément pratiques de ce que j’en ai vu (horaires restreints), il est surtout assez difficile d’y obtenir une place (ça fonctionne avec un tirage au sort, j’avoue que je n’ai pas trop compris le fonctionnement). Pour obtenir une place, mieux vaut s’y prendre tôt, avant la naissance.

Les crèches privées :
Contrairement à ce que je craignais, il y en a beaucoup (en tout cas à Barcelone). L’amplitude horaire varie selon la crèche, ainsi que les services et activités proposés. Si ce mode de garde vous intéresse, le mieux est de repérer les crèches proches de vous et de prendre rdv pour une visite des locaux. Ce sera l’occasion de rencontrer le personnel, de savoir quelles activités sont proposées aux enfants, et d’en savoir plus sur les conditions et les tarifs.  C’est le mode de garde que nous avons choisi pour Babygirl, j’en reparlerai plus en détail à la fin de cet article.

Les madres de dia :
Ce sont des assistantes maternelles, accréditées par l’état. Chacune peut garder un petit nombre d’enfants chez elle. C’est un mode de garde qui m’intéressait beaucoup, en raison du côté pratique, mais également parce qu’en théorie on peut chercher une assistante maternelle qui partage notre vision éducative… mais j’ai eu beaucoup de mal à trouver des contacts, et toutes les madres de dia que j’ai contactées à Barcelone habitaient très loin de chez nous.
Voici quand même quelques liens qui peuvent vous aider à prendre contact :
Groupe Facebook Madres de dia Barcelona
Asociación Madre de Día

Les canguros compartidos :
Il s’agit dans ce cas de nounous, qui sauf exception ne sont pas accréditées, et qui viennent garder les enfants à domicile. Pour minimiser les frais, il arrive souvent à deux familles de partager une nounou, qui devient alors un « canguro compartido ». Les avantages de cette formule sont bien sûr la praticité et la flexibilité, puisque la personne vient directement au domicile, mais encore faut-il pouvoir trouver une personne de confiance, et une famille sympa avec qui partager.

bolsa

Notre choix :

J’aurais volontiers choisi une madre de dia pour Babygirl, mais après de multiples contacts, je n’ai pas réussi à trouver quelqu’un qui vive près de chez moi ou de mon travail. En parallèle, j’ai commencé à visiter des crèches privées et ce que j’ai vu m’a bien plu.

Au final, nous avons trouvé une crèche juste à côté de chez nous. J’ai été immédiatement séduite par la bienveillance et le sérieux de la directrice. Les locaux, bien qu’un peu biscornus, sont chaleureux, décorés avec les dessins et bricolages des enfants. Un petit patio interne permet aux petits de jouer dehors tout en étant parfaitement à l’abri des voitures ou des personnes étrangères à la structure. La cuisine est faite sur place, le jour même (même la purée de fruits de Babygirl alors qu’elle est le seul bébé).
Il y a évidemment beaucoup plus d’enfants que chez une assistante maternelle, ce qui peut être un peu déstabilisant pour l’enfant au début, mais la taille de la structure a ses avantages : la crèche est en contact par webcam avec le pédiatre de l’hôpital le plus proche ; un musicien vient une fois par mois pour les enfants ; une fois par semaine une éducatrice anglaise vient parler aux enfants des différents groupes ; des activités sont organisées pour les plus grands (visite à la ferme, etc.).
Bien sûr, ce n’est pas parfait, les horaires ne sont pas aussi flexibles que ce qu’on aimerait, les enfants se refilent leurs microbes, mais bon… après 2 semaines, je suis plutôt contente de notre choix !

3 Comments

  1. hola ! En faite pour la crèche publique ça marche par système de points, 1 semaine dans l’année tu pré-inscris ton enfant ( qui doit être né, pas comme en France ou tu peux le faire avant la naissance.) Cet année c’était mi Mai par exemple. Tu vas dans les crèches qui t’intéresse et tu remplis un dossier ou tu dois fournir photocopies de carte d’identité, trucs comme ça. Ensuite plus tu as de points en fonction d’ou tu habites, si tu es mère célibataire etc plus tu as de chance de rentrer dans la crèche. À la fin si il reste par exemple 3 places et encore 5 demande tu es tiré au sort ! Je ne pense pas que ça soit plus ou moins bien que le privé, c’est comme pour tout ça dépend énormément de la crèche et des gens qui y travaillent ! Tu as le droit à 3 choix. mon entourage n’a pas eu de pb particulier à mettre leurs enfants en publique et n’ont pas de problèmes avec. Nous sommes en privé, c’est très bien, c’est juste trop cher, il faut tout payer du drap pour la sieste, aux matos pour les activités, les frais d’inscriptions etc .. Du coup on a fait une demande pour le publique qui est a 2 min a pied de chez nous et bcp moins cher ! On croise !!!

    • Super, c’est beaucoup plus clair comme ça ! Je pense que je vais creuser un peu plus et voir pour l’an prochain. J’aime beaucoup la crèche qu’on a choisit, mais c’est vrai que c’est pas mal plus cher, alors ça ne peut pas faire de mal de se renseigner !
      Encore merci pour les infos. 🙂

  2. Pingback: Bilan de 2 ans de crèche – Une fille d'avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.