Japon
Leave a comment

Japon #1 | Notre itinéraire dans le centre de Honshū

2015-01-17_japon_2

Quand je prépare un itinéraire pour un grand voyage, je passe pas mal de temps sur des sites ou des blogs à me renseigner sur les endroits à voir. En effet, il y a souvent énormément de choses à faire en un temps limité, et ce n’est pas toujours facile d’arbitrer entre les 2, d’autant plus qu’il faut garder en tête le budget !

Bref, tout ça pour dire que nous avons fait en 2013 un très beau voyage au Japon, et que j’avais envie de le partager ici, pour justement donner des pistes aux personnes que cette destination intéresse. Notre appareil photo de l’époque n’était pas terrible, donc malheureusement les photos ne reflètent qu’assez pauvrement la beauté des endroits que nous avons visités, mais j’espère que vous pourrez quand même voyager un peu avec moi à travers ces quelques images.

2015-01-17_japon_1 2015-01-17_japon_3 2015-01-17_japon_4

Notre itinéraire : le centre de Honshū

Le Japon est un archipel composé de plusieurs milliers d’îles, dont les 4 principales sont (du nord au sud) Hokkaidō, Honshū, Shikoku et Kyūshū. Comme nous ne pouvions pas tout voir, nous avons choisi de rester sur Honshū, la plus grande des îles, et de préparer un itinéraire assez « central ».

Notre itinéraire (environ 16 jours sur place) :

  • Tokyo &  Nikko
  • Hakone & Kawaguchiko (Mont Fuji)
  • Kyoto & Nara
  • Takayama, les Alpes japonaise & Kanazawa
  • Retour à Tokyo

Est-ce que c’est un itinéraire que je conseille ?

Oui, avec quelques améliorations possibles :
Je pense que la visite de Tokyo et Kyoto s’impose. Les 2 villes sont très différentes, il y a beaucoup à voir. J’ai d’ailleurs préféré Kyoto : entre les 2, c’est là que nous avons vu les plus beaux temples, que nous avons le mieux mangé, etc.
Si on reste un peu à Tokyo, il serait dommage de ne pas aller à Nikko, qui est facilement accessible en train et qui abrite de magnifiques temples perdus au milieu des arbres. De la même manière, il faut aller passer une journée à Nara, sanctuaire de centaines de biches en liberté, et capitale historique du Japon (avant Kyoto donc).

En ce qui concerne Kawaguchiko, c’est l’étape dont on aurait pu se passer. La ville était décrite comme une des bases pour le Mont Fuji, donc ça peut être une étape pratique pour les randonneurs (attention, on ne peut accéder au mont que de juillet à août), mais la ville en elle-même n’a aucun charme et est sans intérêt particulier (à part la vue sur le Mont Fuji quand le brouillard se lève).

S’il fait beau à Hakone, on peut avoir une vue superbe sur les montagnes, le lac Ashinoko et le Mont Fuji. C’est là que nous avons randonné jusqu’aux fumerolles d’Owakudani et dégusté les fameux œufs noirs cuits dans les eaux sulfureuses qui y jaillissent. Notez que les transports de la région sont très chers et ne rentrent pas dans le Japan Rail Pass (voir plus bas). Mieux vaut prendre le Hakone Free Pass, que nous n’avions malheureusement pas pris en pensant qu’il ne serait pas utile, et qui au final s’avère être tout à fait rentable !

Enfin, Takayama, située au coeur des Alpes japonaises, est une ville sympa aux jolies maisons traditionnelles, mais il faut prévoir de se déplacer pas mal pour visiter les alentours car c’est assez petit, on en a vite fait le tour. En gardant Takayama pour base, nous avons visité la ville côtière de Kanazawa et fait un tour en téléphérique dans la montagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA 2015-01-17_japon_8

Préparer son voyage ou improviser ?

Pour les hôtels, nous nous sommes demandé s’il valait mieux réserver à l’avance ou se décider une fois sur place. Au final, comme nous avons vu que les prix pouvaient facilement être assez élevés, nous avons préféré réserver afin de pouvoir optimiser notre budget. D’autre part ça nous a permis de ne pas perdre de temps à chercher un hôtel qui nous convienne à chaque nouvelle étape.

Concernant le Japan Rail Pass, il est nécessaire de le commander à l’avance, car il ne peut pas être acheté au Japon.

Est-il difficile de se faire comprendre ou de trouver son chemin ?

Nous savions avant de partir que l’anglais est assez peu pratiqué au Japon, mais nous avons quand même été surpris de voir que même dans les hôtels ou les endroits touristiques à Tokyo, le personnel avait rarement un bon niveau d’anglais. Cela dit ça n’a jamais posé problème car la politesse et l’amabilité légendaires des Japonais ne sont pas un mythe : nous avons toujours trouvé le moyen de nous faire comprendre. Par exemple, alors que nous étions dans un petit resto complètement paumé sur la route d’Hakone, le patron qui ne parlait pas un mot d’anglais s’est quand même mis en 4 pour nous renseigner sur l’arrêt de bus qu’on cherchait, en utilisant son petit traducteur de poche (électronique of course).

Ensuite pour ce qui est des directions, les noms des rues, des endroits à visiter et des destinations dans les gares sont presque toujours écrits en alphabet latin, donc lisibles pour nous. Du coup, pas de souci pour s’orienter.

Le plus difficile en réalité, c’est pour manger ! Assez souvent, des plats (en résine ?) sont exposés à l’extérieur des restaurants, ce qui permet d’identifier le type de nourriture servie. Sur les menus, vous trouverez parfois des photos, et assez souvent des traductions en anglais. Donc on se débrouille… mais certains restaurants sont (volontairement) moins accueillants pour les touristes et ne proposerons qu’une carte en japonais.

Comment se déplacer ?

A Tokyo et Kyoto, vous pourrez vous déplacer en métro, le réseau est très développé. On paie en fonction de la destination.

D’une ville à l’autre, le train est un très bon moyen de déplacement. Les trains sont spacieux, confortables et sûrs. En tant que touriste, vous pouvez prendre un Japan Rail Pass qui permet de voyager de manière illimitée dans les trains, les bus et les ferries du Japon (attention, ce n’est pas utilisable absolument partout, par exemple vers Hakone nous avons dû payer en plus car ce n’était pas inclus dans le réseau du JRP). On peut choisir une durée de 7 jours ou 14 jours. Nous avions pris le pass 14 jours et nous ne l’avons pas regretté : c’est pratique, facile à utiliser, économique. On peut même prendre le train sans avoir pris de billet (c’est tout à fait autorisé, c’est juste que dans ce cas on n’aura pas de siège réservé). Enfin, ce que j’ai trouvé bien : comme le forfait est déjà payé, on n’hésite pas à voyager, même si c’est juste pour une petite excursion.

Un conseil pour économiser sur les déplacements à Tokyo : comme on se déplace beaucoup, le budget métro augmente vite. Mais si on a le JRP, on peut prendre gratuitement certaines lignes de train qui traversent Tokyo et desservent certaines grandes stations de métro (ex : la gare de Ueno par exemple).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sécurité

Le Japon est certainement un des pays les plus sûrs pour voyager, que ce soit en terme de santé, de sécurité dans les villes, de fiabilité des infrastructures de transports, etc.
Il paraît que c’est d’ailleurs une bonne destination pour un voyage avec des enfants. Pour ma part, j’y suis allée pendant le 1er trimestre de ma grossesse, et la seule « crainte » que j’avais était de manger du soja sans m’en rendre compte (on ne sait pas toujours ce qu’il y a dans ce qu’on mange !). 🙂

Photos : Mont Fuji / Temple Kiyomizu-dera à Kyoto / Le célèbre « torii » rouge du lac Ashinoko (Hakone) / Biscuits Koala / Kyoto / Kyoto / Le palais impérial à Kyoto / Les jardins du palais impérial à Kyoto / Tokyo / Plan du métro à Tokyo

Voilà pour ce qui est des conseils que je peux donner suite à notre voyage. Pour la suite, on continue avec des photos et quelques anecdotes sur nos visites !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.