Grossesse
comments 8

Accoucher en Espagne

22015-06-12_accouchement

Il y a quelques temps je suis tombée sur cet article sur l’accouchement en Espagne, et je me suis pas mal retrouvée dans cette description. L’article parle de « l’abandon » des jeunes parents, livrés à eux-mêmes après l’accouchement, avec un personnel médical assez peu présent par rapport à la France.

De mon côté, je n’avais pas d’attente spécifique. Savoir que c’était ma gynéco habituelle qui allait m’accoucher, et que F. pourrait rester à la clinique avec moi pendant le séjour était suffisant. Je n’étais pas particulièrement stressée, ni par l’accouchement ni par l’après, j’attendais de voir, je voulais juste que ça se passe bien. Et au final tant mieux, car je serais sûrement tombée de haut si j’avais eu des attentes plus fortes.

L’accouchement s’est très bien déroulé, j’avais le sentiment d’être entre de bonnes mains, et j’étais suffisamment zen pour rigoler aux blagues de F. entre 2 « pouuuuussez ». La sage-femme appuyait sur mon ventre comme une dingue, il faut dire que je ne voyais absolument pas comment aider au travail en étant sur le dos et les pieds en l’air, bref… normal quoi.

Et puis est venu le moment où nous nous sommes retrouvés seuls, tous les 3, dans cette chambre étrangère (je ne compte pas le voisin d’en face en slip sur son balcon -en plein hiver- qu’on a pourtant vu et revu). Par moment une infirmière passait, pour emmener ou ramener notre Babygirl. Et c’est tout.

Personne ne sait inquiété de savoir si on la changeait et à quelle fréquence (et si on savait faire, accessoirement). Personne ne s’est inquiété de savoir si elle prenait bien le sein, si je lui donnais assez souvent à manger. Il a fallu qu’on réclame pour qu’une infirmière nous montre une deuxième fois comment faire les soins du cordon, parce qu’on n’était pas sûrs d’avoir bien vu. Il a fallu qu’on réclame pour que quelqu’un vienne m’aider à la mettre au sein correctement. Comme je le disais dans un vieil article, on ne donne le bain qu’après la chute du cordon en Espagne. Donc personne ne nous a expliqué comment faire pendant le séjour à la clinique, on a appris à donner le bain grâce à Youtube. Personne ne s’est inquiété de savoir si ça allait moralement, et si on était prêt à rentrer chez nous.

2 jours et demi après l’heure d’entrée à la clinique (oui, c’est l’heure d’entrée qui est prise en compte, pas l’heure de naissance), nous étions en chemin pour la maison. Pour moi qui n’étais pas sortie de la chambre depuis 48h, qui n’avait même pas mis un pied dans le couloir, c’était un peu dur.

2015-06-12_accouchement-clinique

Quand je compare notre expérience avec celle de nos amis en France, je ne m’explique pas toutes ces différences. J’entends qu’ils sont restés 4 jours à la clinique, j’entends qu’on leur a montré plusieurs fois comment faire le bain avant de les laisser faire eux-mêmes, etc. Peut-être qu’en Espagne le personnel médical part du principe que la famille sera là, que maman et belle-maman seront très présentes pour épauler les jeunes parents dès les premiers instants ? Je trouve en tout cas étonnant que, dans l’intérêt du bébé, on ne vérifie pas que les parents connaissent les bases du boulot…

La conclusion de tout ça n’est pas qu’accoucher en Espagne est moins bien qu’en France. Je n’ai de toute façon pas d’expérience personnelle en France qui me permettrait de comparer, et j’entends dire que là où l’Espagne n’en fait pas assez, la France en fait peut-être un peu trop. Ce n’est pas non plus qu’il faut avoir peur d’accoucher en Espagne. Malgré ce qu’en laisse penser cet article, je suis pour ma part satisfaite de la manière dont ça s’est passé, en dehors de cet aspect. La conclusion c’est plutôt que si vous vous apprêtez à accoucher en Espagne, ne vous attendez pas à ce que le personnel médical vienne vers vous pour voir si tout va bien. Ce sera à vous de solliciter, de demander si besoin. Il ne faut pas hésiter, le personnel est aimable, compétent. Mais l’approche est différente, et il n’a pas mauvais d’y être préparé, pour être plus serein(e) le moment venu.

Avez-vous vécu ou entendu parler d’expériences similaires en Espagne ou dans d’autres pays ?

8 Comments

  1. Pareil pour moi, 48H après je sortais et rentrais chez moi à pied. Mais j’ai adoré mon accouchement en Espagne, beaucoup moins stressant que celui en France…

  2. caroline says

    Non non ce n’est pas « normal quoi », quand tu dis « je ne vois pas comment pousser dans cette position »
    Non cette position n’est pas du tout facile pour pousser! Ca dépend des femmes… Mais elle est appréciée (à tort)? des sages-femmes ou des médecins car on voit beaucoup mieux ce qui se passe!
    J’entends parler de beaucoup « d’invasion médicale » en France! Mais moi-même je n’y ai ni accouché ni travaillé.
    Tu n’as donc pas eu de sage-femme à domicile alors?
    On vous a peut-être laissés tranquilles parce qu’on a vu que vous gériez bien!

    • unefilledavril says

      Effectivement, aucun suivi à domicile et aucune personne de référence à contacter en cas d’inquiétude. Mais apparemment c’est assez courant en Espagne, on te laisse te débrouiller !

  3. caroline says

    Excuse-moi (et tu peux effacer ce commentaire) car c’est peut-être intime – Si la sage-femme a effectivement poussé sur ton ventre tu as intérêt à faire des exercices de rééducation du périnée 🙂

    • unefilledavril says

      Ah oui, je n’avais pas forcément fait le lien avec ça, mais j’ai du travail côté périnée ! Et n’ayons pas peur d’en parler, tellement de femmes sont concernées. 🙂
      Je prépare justement un article sur la gymnastique hypopressive, tu connais ?

  4. Pingback: Avoir un bébé à Barcelone : la naissance - Maman Rookie

  5. Anonime says

    Je suis une espagnole qui habite en France, je peux juste dire une chose, le système de santé français est à mon avis trop opaque, c’est trop mixé le publique-privé (et au milieu l’industrie pharmaceutique qui fait le bingo! pour pas parler du côté homéopathique…). La liaison argent-business-santé est trop présente même dans le service publique. Il faut toujours faire dix-mil million de démarches qui prends beaucoup de temps, pour pas parler de incompétence des fonctionnaires, on ne sais jamais combien ça va nous couter… C’est franchement honteux ce système!.
    En Espagne, la liaison business-santé se fait juste du côté privé (logiquement). Je vais devoir accoucher en France,  » muy a mi pesar », car les démarches administratives sont tellement lourdes que je vais laisser tomber. Mais je rêve du système espagnol!

    • unefilledavril says

      Merci pour ton témoignage ! Je ne connais pas bien le système français, n’ayant jamais été soignée en dehors du « basique », mais j’ai reçu d’autres avis semblables au tien. Il y a des points à améliorer des deux côtés, ça c’est sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.