Lectures
comments 16

Lire en anglais : pourquoi et comment

Lire en anglais

Ça fait maintenant 6 ou 7 ans que je lis majoritairement en anglais. Je sais que ça étonne autour de moi, mes grands-parents trouvent ça un peu bizarre… Même parmi mes proches qui parlent bien anglais, beaucoup considèrent que lire en anglais représente un effort qui enlève le plaisir de la lecture. Je le comprends tout à fait, mais pour ma part je trouve de nombreux avantages à la lecture en anglais et après tant d’années ça ne me demande plus d’effort, ce qui est super agréable.

Once upon a time…

J’ai commencé à lire en anglais quand j’étais au lycée. Je ne me rappelle plus bien pourquoi. Je pense que je voulais tout simplement améliorer mon anglais (les langues étaient mes matières préférées) et comme je voyais ma mère lire en anglais à la maison de temps en temps, ça me semblait plutôt faisable. Pour commencer facile, j’ai emprunté à la bibliothèque un livre que j’avais déjà lu en français. Puis un autre. J’ai ainsi relu le cycle A la croisée des mondes de Philip Pullman, et les premiers Harry Potter. Et puis Harry Potter n°5 est sorti et je n’avais pas du tout, mais alors pas du tout, envie d’attendre d’avoir la traduction française pour pouvoir le lire ! 🙂

J’ai continué à lire ponctuellement en anglais pendant quelques années, ça me demandait des efforts bien sûr, mais je choisissais des livres prenants et pas trop difficiles. Et puis j’ai rencontré F. A l’époque il achetait beaucoup de comics américains et un jour on s’est dit : mais pourquoi les acheter en français alors qu’en anglais ils sont beaucoup moins chers et publiés beaucoup plus tôt ? Du jour au lendemain, on a commencé à lire 100% en anglais. Et ce qui est génial avec le langage BD, c’est que c’est vraiment du langage parlé, de tous les jours, parfois de l’argot, parfois des abréviations… pour progresser il n’y a pas mieux.

En parallèle, on regardait plein de séries en VO, et logiquement, on est passé aux livres en anglais, surtout depuis qu’on a nos Kindle car beaucoup d’ebooks sont plus faciles à trouver en anglais. Aujourd’hui, je lis la majeure partie de mes livres en anglais (si c’est la langue originale bien sûr, sinon ça n’a pas de sens), vraiment sans effort.

Lire en anglais

Ce que ça m’apporte

Au moment de finir mes études, j’avais un très bon niveau d’anglais… scolaire. Et autant dire qu’aujourd’hui, dans beaucoup de métiers, un niveau scolaire est loin d’être suffisant.

Lire beaucoup en anglais m’a permis d’acquérir de l’aisance et de la fluidité dans mes conversations en anglais, qu’elles soient orales ou écrites. J’ai appris beaucoup d’expressions courantes, qui permettent de rendre une conversation plus vivante, plus spontanée. Je suis mieux capable d’exprimer mon opinion et d’argumenter, ce qui est très utile quand tu dois négocier. Et puis en plus de ça, je prends beaucoup de plaisir à lire cette langue dont j’aime le rythme, et à lire des bouquins dans leur version originale plutôt qu’une traduction. Par exemple, il paraît que la traduction française de Games of Throne est très mauvaise !

Comment commencer à lire en anglais ?

Si le sujet vous intéresse et que vous avez envie de vous lancer, voici quelques conseils tirés de mon expérience :

  • N’hésitez pas à relire en anglais un livre que vous aviez déjà lu en français (ou vu en film). Je trouve que c’est un moyen simple et rassurant d’apprivoiser la lecture en anglais. Et sinon…
  • … Choisissez un livre intéressant ! Ne choisissez surtout pas un livre pour débutants ou pour enfants : si l’histoire ne vous intéresse pas, vous aurez du mal à vous motiver.
  • Choisissez quand même un livre facile et pas trop long, pour ne pas vous décourager. Un policier par exemple, ou un « young adult ». Je vous donne quelques idées en bas de cet article.
  • Acceptez de ne pas tout comprendre. Personnellement je cherche très rarement des mots dans le dictionnaire parce que ça me gonfle. Je trouve que lire en cherchant les mots et en les notant dans un carnet est une manière de faire décourageante, car la lecture est sans cesse interrompue, on perd le rythme. On n’est pas obligé de comprendre tous les mots pour apprécier un livre, et bien souvent on arrive à deviner le sens d’après le contexte. Je me limite donc à chercher les mots « bloquants », c’est-à-dire ceux qui reviennent souvent et qui entravent la compréhension.
  • Si vous le pouvez, faites-vous une petite immersion ! Livre + série ou livre + films par exemple.

Lire en anglais

Quelques idées pour démarrer :


Je ne suis donc pas prête de m’arrêter de lire en anglais et j’espère transmettre mon amour de la lecture à Babygirl !

Et vous, lisez-vous déjà en anglais ? Et si non, est-ce que c’est quelque chose qui pourrait vous tenter ?

 

16 Comments

  1. j’ai lu pas mal de livre en Anglais mais pas vraiment pas choix, je prenais les livres que je trouvais dans les auberges de jeunesse pendant mes voyages à l’étranger. J’aime trop lire en français et tout tout comprendre ! Par contre (hum rien à voir ) je préfère de loin les films et séries en VO ! A a des livres en français, espagnol et catalan, un peu en anglais mais la encore une fois il y a déjà tellement de langues différentes dans sa petite vie que je préfère pour le moment ne garder que celles qu’il connait 🙂

    • unefilledavril says

      Je comprends ce que tu veux dire pour A, 3 langues ça leur fait déjà un sacré mélange… Et maintenant tu lis en espagnol en étant ici ?

  2. Bonjour. Je lis également des livres en anglais pour m’améliorer. Je ne comprends pas tout mais je note les mots qui sont répétés sur un petit carnet, les mots avec la phrase rencontrée et en face je note la définition en anglais et non la traduction en français. Parallèlement je regarde la TV anglaise par satellite et des dvds en anglais sous-titrés en anglais et dès fois non sous-titrés. Pour la pratique orale, lorsqu’on a personne pour parler anglais, j’ai lu qu’on peut lire les livres à voix haute à soi-même ou bien écouter des livres audios et répétez le lecteur. Lorsque je lis à voix haute en anglais, je m’aide d’un dictionnaire anglais unilingue que j’ai sur l’ordinateur de manière à vérifier la prononciation.

    • c’est-à-dire qu’en cliquant sur les mots anglais j’ai la possibilité d’écouter la prononciation du mot en anglais lue par une personne de langue anglaise.

      • unefilledavril says

        Whaou, c’est beaucoup de travail mais j’imagine que ça paie ! Tu as constaté de beaux progrès ?

      • et toi es-tu amené à parler en anglais ? à rédiger en anglais ? tu as constaté des progrès ?

      • puis-je te demander sans être trop indiscrêt quel travail tu fais ?

      • unefilledavril says

        Je suis directrice opérationnelle dans une agence de marketing. (ça me donne l’impression d’être beaucoup plus âgée quand je dis ça, hihi !)

      • Quand tu lis en anglais, lis-tu de temps en temps à voix haute ?

    • unefilledavril says

      Pour moi oui, comme je le dis dans l’article, le fait de lire en anglais m’a beaucoup aidée à mieux parler, mieux lire et mieux écrire. J’utilise l’anglais tous les jours dans le cadre de mon travail, surtout l’écrit, et du coup je me sens très à l’aise, je n’ai pas besoin de réfléchir car ça vient naturellement.

    • unefilledavril says

      Difficile à dire ! Ça fait 5 ans que je lis majoritairement en anglais, donc j’ai dû lire entre 100 et 200 livres je pense.

  3. est-ce que le fait d’avoir lu tous ces livres aujourd’hui te permet de mieux comprendre les films anglais ou américains en VO sans sous-titres anglais ou français ?

    • unefilledavril says

      Oui j’imagine que ça joue, car les livres me permettent d’acquérir du vocabulaire. Mais les films et séries ont une difficulté supplémentaire qui est la compréhension orale, et ça je n’ai pu l’améliorer qu’à force d’en écouter. D’ailleurs je galère encore un peu sur certains films où les acteurs ont un accent très prononcé ou lorsqu’ils jouent un personnage qui parle dans sa barbe et n’articule pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.