Lifestyle
comments 13

Test & Avis | Les serviettes hygiéniques lavables PLIM

Serviettes hygiéniques lavables PLIM

Vous le savez, depuis la naissance de Babygirl, je n’ai pas arrêté de remettre en question mes habitudes, pour essayer de m’orienter vers une manière de vivre plus saine et plus responsable. Le changement le plus « radical » jusqu’à présent était certainement l’adoption du shampoing solide, à la fois pour la composition naturelle et l’aspect zéro déchet. Aujourd’hui je voulais aborder un autre changement, tout aussi significatif en terme de réduction des déchets : l’adoption de protections hygiéniques lavables.

Pourquoi renoncer aux serviettes jetables et tampons ?

Le sujet a fait pas mal de bruit ces derniers temps, et vous avez sûrement vu passer des articles à ce sujet : entre leur composition qui impacte notre santé et la pollution qu’ils génèrent, les serviettes jetables et les tampons ont de moins en moins la côte !

Petit récapitulatif basé entre autres sur cet article très complet d’Echos verts :

1. La composition :

La composition de ces produits n’apparait pas sur leur emballage mais on sait qu’ils contiennent des résidus toxiques (perturbateurs endocriniens, dioxine, pesticides, cancérigènes, allergènes…). Ces substances nocives se retrouvent en contact avec la paroi vaginale, ce qui peut évidemment causer des problèmes de santé. On soupçonne par exemple la dioxine de favoriser l’endométriose.

Les tampons sont accusés d’assécher notre zone intime et sont associés au syndrome du choc toxique qui peut avoir des conséquences graves (amputation d’un membre). Quant aux serviettes et protège-slips, en plus d’utiliser un plastique non respirant qui favorise la macération, ils intègrent des allergènes et un bon lot de produits chimique qui affaiblissent la peau et la flore vaginale.

2. La pollution :

La production des serviettes et tampons est extrêmement polluante : pesticides utilisés pour la culture du coton, chlore utilisé pour le blanchir, produits chimiques utilisés à des fins diverses et variées, emballages et applicateurs en plastique, etc. Et une fois utilisés, ils représentent une importante quantités de déchets. Une quarantaine d’années de menstruations, 12 cycles par an, soit 480 cycles : calculez combien vous utilisez de protections par cycle et vous saurez très vite quelle quantité de déchets vous pouvez potentiellement générer au cours de votre vie ! (Et si vous avez la flemme, vous pouvez compter 10 000 protections au moins).

Les solutions

On trouve maintenant des alternatives aux serviettes jetables et aux tampons.
En protection interne : les cups féminines (ex : Fleurcup, Lamazuna, etc.).
En protection externe : les serviettes hygiéniques lavables et réutilisables

Je n’ai malheureusement pas réussi à adopter la cup (depuis l’accouchement je n’ai jamais pu remettre de protection interne), par contre les serviettes lavables sont testées et adoptées !

Les serviettes et protège-slips lavables PliM

Après avoir décidé de franchir le pas, je me suis renseignée sur les marques produisant des protections lavables et je dois avouer que j’en ai trouvé assez peu, et assez peu d’avis de personnes ayant testé. Au final, c’est la marque PliM qui a su me convaincre.

Serviettes hygiéniques lavables PLIM

Des Protections Lavables Intimes Modernes, saines, écologiques et confortables

  • Produits textiles PliM 100% fabriqués en France.
  • Composition : les matières utilisées sont pour 90% naturelles. Coton issu de l’agriculture biologique et certifié GOTS, production respectueuse de l’environnement, sans substances toxiques et socialement responsable. Membrane technique imperméable et respirante certifiée OEKOTEX, donc sans substances nocives (textiles et colorants).
  • Approuvé par des gynécologues et des sages-femmes.
  • Un large choix de tailles pour tous les flux et deux possibilités de clips pour ajuster la largeur en fonction du sous-vêtement.
  • Grâce à leurs clips, les PliM se referment sur elles-mêmes pour pouvoir être transportées facilement (avant et après usage).
  • Lavables en machine à 30-40°C.
  • Durée de vie de 5 à 10 ans.

Comment les laver ? Comment se changer au bureau ?

Forcément, on se pose plein de questions : comment les utiliser, les laver, les stocker ? Comment se changer au bureau ou à l’extérieur ? Heureusement le site de PliM est très bien fait et répond à beaucoup de ces questions.

Serviettes hygiéniques lavables PLIM

Et au niveau économique ?

Les serviettes hygiéniques lavables semblent chères, c’est sûr. Chez PliM, il faut compter entre 17 et 22€ selon la taille, ce qui fait une dépense conséquente au moment où on décide de se lancer. Mais il faut prendre ça comme un investissement, puisque les serviettes ont une durée de vie de 5 à 10 ans.

D’après le site de PliM, on fait même des économies sur le moyen terme. Afin de vérifier cette hypothèse, j’ai fait mes propres calculs. Si ça vous intéresse, voici le détail.

  • J’estime ma consommation à environ 17 protections par cycle.
  • J’ai regardé le prix des paquets de marque de distributeur que j’achetais, et l’unité sort à 0,05€. Le calcul est vite fait : 0,85€ le cycle, soit 51€ sur 5 ans. Il faudrait donc que mes PliM tiennent 10 ans pour que ça devienne intéressant économiquement, puisque j’ai dépensé 115€ pour les acheter.
  • En revanche, si on a l’habitude d’utiliser des marques plus chères (par ex, unité à 0,19€), on rentabilise l’investissement beaucoup plus vite ! Sur 5 ans, on dépense 194€ (et 388€ sur 10 ans).
    (NB : ce sont les prix que je trouve en Espagne)

En conclusion si vous avez l’habitude d’acheter des MDD, vous ne ferez pas forcément d’économies, mais si vous achetez des marques un peu plus chères, c’est rentable. Cela dit en ce qui me concerne, je suis de toute façon prête à faire cet investissement, qu’il soit rentable ou non sur le moyen terme, vu son impact positif pour l’environnement et pour ma santé.

Serviettes hygiéniques lavables PLIM

Combien en acheter ? Quelle taille ?

C’est la partie la plus délicate. Il faut calculer combien de protections vous utilisez habituellement, penser à la fréquence à laquelle vous faites vos machines, etc. En ce qui me concerne j’ai fait une première commande avec 3 PLUS, 3 MEDIUM et 1 protège-slip SMART (soit 115€ d’investissement de départ hors frais de port), pour voir si ça correspond à mes besoins et me rendre compte de la taille et de la capacité d’absorption de chacun. J’en rachèterai dans quelques mois si je vois que c’est nécessaire.

Voilà comment on peut contribuer à changer le monde à notre échelle !

Alors, convaincues ? Vous pourriez envisager de vous lancer ?

 

 

13 Comments

  1. J’ai vu ton article et j’allais te dire que tu vires vraiment bobo !! Puis j’ai lu… C’est très bien écrit et bien documenté. J’ai prsque envie d’essayer tiens ! Par contre le prix esr hyper cher…

    • unefilledavril says

      Ahah, t’aurais pas tort ! C’est vrai qu’entre les serviettes, les shampoings solides, les petits pots en verre plein de graines et de céréales dans la cuisine, je me sens bien bobo-écolo !

      Là pour le coup je trouve ça juste génial ! Niveau confort c’est vraiment bien, niveau environnement c’est génial, et niveau santé n’en parlons pas ! C’est vrai que c’est un investissement mais je pense honnêtement que ça vaut le coup et je regrette de ne pas en avoir entendu parler plus tôt d’ailleurs.

  2. caroline says

    Coucou!

    De ce côté, j’ai tout essayé. J’ai cousu mes serviettes moi-même, adapté les pressions des serviettes avec des culottes spéciales règles car les pressions des serviettes au milieu me dérangeaient beaucoup. J’ai essayé différents types de serviettes, commandé de très jolies sur fleurdemai.com – je suis motivée! C’est pas mal, mais ça colle un peuet c’est pas mal d’organisation. Puis j’ai essayé les cups aussi.
    Franchement, en fin de compte, c’est beaucoup d’efforts pour peu de résultats. On fait des lessives, on fait tremper (discretos, parce qu’entre les colocs, les invités etc), on fait sécher, puis je trouve que le confort n’est pas top (même les jolies miennes faites maison avec du coton tout doux, récupéré bien sûr).
    Les cups pas du tout pour moi, ça me dérangeait, pourtant j’ai essayé différents types.
    Pourtant, je suis bio, le sang ne me dérange pas, c’est mon quotidien, j’ai horreur des déchets – mais pour un flux faible je me suis alignée sur des serviettes bio avec des matières 100% écologiques (pas de plastique par exemple), sans odeurs (les Aldays avec les odeurs chimiques beurk!!)
    Oui oui approuvé par les gynécos 😉
    Mais pour moi pas pratique (et motivée pourtant!)

    • unefilledavril says

      Merci d’avoir partagé ton expérience ! C’est dommage effectivement que tu n’aies rien trouvé qui te convienne, mais j’imagine bien que cette solution ne peut pas convenir à tout le monde ! 🙂

      Je suis d’accord avec toi sur le fait que les lavables demandent un peu d’organisation et de planification. De mon côté j’ai trouvé une organisation qui fonctionne pour stockage/lavage/etc mais je suis d’accord que ça demande un peu plus d’efforts. En tout cas, même en voyage ça se fait, et je suis vraiment contente du geste écologique et du confort !

  3. caroline says

    A lamamanchat
    regarde sur fleurdemai.com
    et sinon c est hyper simple a faire soi-même, avec un bon vieux tee-shirt, des vieilles serviettes et du PUL si on veut 🙂 et une machine à coudre!

  4. christelle says

    Re bonjour,

    Je refais un petit tour sur votre site!
    Essai des serviettes plim, J’adore!! Naturel et écologique.
    Essai du shampoing lamazuna, adopté!
    ON se lance dans la fabrication du dentifrice et la réduction des déchets.
    Actuellement on est à 8 kg par semaine pour nos trois.
    J’espère attendre 5 kg et encore moins si possible.
    Un film que je vous conseil entre glace et ciel. Regardez le et dites moi ce que vous en pensez.

    Bise de nous trois
    A bientôt

    • unefilledavril says

      Bravo !
      Concernant la réduction des déchets, c’est un très beau projet. Les 8 kg c’est tout compris ou tout ce qui est trié est exclu de ce total ?

      • christelle says

        Les 8 kg c’est tout compris (déchet recyclable et non recyclable). Pour le moment on doit réutiliser des couches jetables la nuits. J’ai un soucis avec mes lavables. Elles sont encrassées et ne parviens pas à les ravoir.
        Du coup on a déjà 2,5 kg de couches jetables à la semaine.
        Avec la reprise du travail et de la diversification de notre fils, j’ai acheté des petits pots (marque HIpp biologique). Il en résulte des déchets (emballage, plastique)
        En achetant au petit producteur (pas d’emballage), on va réduire les déchets!!
        Ceci dit, cela reste pas simple, pour nous quoi manger. J’ai lu votre post sur la planification des repas.Mon mari aussi aimerai des pâtes tous les jours!!
        On essai de faire petit pas par petit pas!!
        Ce week end, on va essayer de faire du dentifrice.

      • unefilledavril says

        Je trouve ça génial, et 100% admirable ! Bon courage. 🙂

  5. Céline says

    Cela fait 6 mois que je suis aussi passée aux PLIM. J’en avais assez de ces « faux parfums », de tout ce plastique et de tout ce qu’on entend sur leur composition.
    C’est sûr que c’est un investissement, mais je pense que je vais vite rentabiliser ! Je n’ai pas été déçue. C’est hyper confortable, ça se lave très bien… Je suis fan !

    • unefilledavril says

      Pareil ici ! Je ne regrette pas cet investissement, ça fait une vraie différence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.