Argentine
comments 2

Notre semaine à Buenos Aires

Les rues de Buenos Aires

Après cette petite présentation de Buenos Aires et de ce qu’on peut y faire, un petit « behind the scenes » s’impose ! En quelques mots, ce que nous en avons pensé, ce qui nous a marqué, et comment nous avons vécu cette première semaine de voyage !

L’insécurité à Buenos Aires : clichés & vérités

En ce qui me concerne, j’étais quand même un peu anxieuse : après avoir lu plusieurs articles sur la ville, j’avais l’impression que Buenos Aires était devenue assez dangereuse. Du coup je n’étais pas complètement rassurée. Nous nous sommes donc montrés très prudents, surtout les premiers jours, ce qui nous a permis de voir que c’est une ville comme beaucoup d’autres : il ne faut pas trainer dans certains quartiers, surtout la nuit, et en journée il faut faire attention aux vols et aux pickpockets… mais on dirait la même chose de bien d’autres villes en France ou ailleurs. Pour éviter de mauvaises surprises, nous avons simplement respecté des règles de sécurité basiques : pas de gros appareil photo autour du cou, répartir l’argent et les cartes bancaires entre nous deux, pas d’étalage de richesses, pas de chaussettes dans les sandales, etc.

NB : nous aurions bien aimé laisser nos passeports à l’appart plutôt que de les avoir avec nous mais ils sont exigés pour tout payement par carte bleue, donc il en fallait au moins un avec nous en permanence.

A Buenos Aires nous avons été marqués par le grand nombre de policiers armés (et en gilet pare-balle) dans la rue. C’est rassurant… et angoissant à la fois ! La sécurité, c’est d’ailleurs tout un sujet. Dans certains quartiers comme à Palermo, on sent bien qu’être riche à Buenos Aires peut être dangereux. Les habitants aisés vivent dans des résidences grillagées avec sécurité à l’entrée, il y a des policiers tous les 300 m, etc. D’un quartier à l’autre, on voit aussi beaucoup de contrastes au niveau des populations : des visages plus « andins » dans les quartiers populaires, et plus européens dans les quartiers aisés.

La pauvreté enfin, est assez présente. Nous avons régulièrement croisé des personnes sans abri, mais ce qui nous a surtout marqué c’est de voir des familles entières, qui vivent visiblement dans la rue, qui font leur lessive dehors et étendent leur linge à sécher sur le couvercle des poubelles.

De l’eau chaude à tous les coins de rue

Les Argentins sont comme chacun sait, de grands amateurs de mate. Du coup on trouve absolument partout de l’eau chaude pour quelques pesos – dans la rue, au parc, etc. – pour que personne ne risque de se retrouver en manque !

Eau chaude pour le mate

Frites et viande, viande et frites

C’est le menu de base ! A tester absolument : le bife de chorizo et les milanesas de poulet !

*****

Et nous ?

Pour cette première semaine nous avions pris un Airbnb dans le quartier de San Telmo. Juste une chambre, avec un grand lit pour nous et un matelas au sol pour notre Babygirl. Même si nous étions un peu les uns sur les autres, la « cohabitation » s’est très bien passée, d’autant plus que nous pouvions passer nos soirées dans le salon pendant qu’elle s’endormait tranquillement dans la chambre.

Dans la journée nous avons beaucoup utilisé la poussette cane, qui nous a permis de parcourir de bonnes distances et qui lui a permis de faire des siestes à plusieurs reprises. Nous avons profité d’être en ville pour passer un peu de temps dans des parcs de jeu ou faire un tour de manège, car ce voyage ça veut aussi dire avoir du temps pour elle et pour les activités qu’elle aime !

2017-01-08 152534 - BuenosAires_HDR
Avec le petit chaperon rouge de Buenos Aires !

Petite frustration en revanche du côté de notre Airbnb : le logement et notre hôte étaient top, mais nous partagions l’appart avec un couple de danseurs de tango russes qui n’ont pas dit un mot de toute la semaine ! Impossible d’engager la moindre conversation avec eux ! Heureusement notre hôte était très sympa et nous avons pu discuter avec elle !

Le plus délicieux : la première empanada : une assiette d’empanadas maison, faites par notre hôte et proposées à notre arrivée de l’aéroport. Croustillantes et délicieusement relevées, un vrai réconfort après toutes ces heures d’avion !
Le plus bel endroit : le delta de Tigre (la promenade en bateau sur les canaux)
Le plus gros fail : marcher plus d’une heure dans un quartier pas pratique du tout pour les piétons, sous 32°C, pour trouver un musée qui finalement était fermé !
Le plus fun : courir sous une pluie torrentielle pour parcourir les derniers blocs avant d’arriver à l’appart. Faire rire Lilly dans sa poussette et faire rire les autres passants. Arriver trempés et dégoulinants et ne susciter absolument aucune réaction chez ces foutus Russes.

En bilan de cette semaine, nous avons bien aimé cette première étape, qui était vraiment le démarrage de notre aventure, mais nous avions surtout hâte de partir dans la nature ! A très vite pour le récit de notre semaine à Ushuaia !

A lire aussi

> Pratique : découvrir Buenos Aires
> Notre semaine à Buenos Aires
> ARGENTINE : tous les articles

2 Comments

  1. Narb says

    Si même Raccoon n’est pas arrivée à dérider les russes tangophiles, c’est qu’il faut définitivement les classer dans la catégorie des tristus !
    Et en quelle langue interpelle-t-elle la population, la multilingue moultiPass ??

    • unefilledavril says

      Surtout français, au final elle a un peu de mal avec l’espagnol. Elle comprend certaines choses mais elle nous demande souvent ce que les gens lui disent. Par contre aucun problème pour répéter en phonétique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.