Argentine
comments 14

Ushuaia, la ciudad del fin del mundo

Laguna Esmeralda

Ushuaia est fière de son titre de ville la plus au sud du monde ! Plus au sud que la pointe africaine, que la côte australienne… Le bout du monde c’est ici !
En réalité le village chilien de Puerto Williams, de l’autre côté du canal Beagle, se trouve quelques kilomètres plus au sud et lui dispute ce titre… mais Ushuaia s’en sort en argumentant que Puerto Williams n’est qu’un village, et que donc le titre de « ville » la plus australe est bien justifié ! (comme quoi, on apprend plein de choses en voyageant !).

Après la chaleur de Buenos Aires, nous étions ravis de partir vers un peu de fraîcheur (bye-bye les moustiques !) et de nous retrouver dans la nature ! Et la nature nous en avons bien profité ! Nous sommes restés 5 jours entiers sur place, pendant lesquels nous avons fait 3 randos et une expédition en bateau pour aller voir les pinguins de l’île Martillo. Nous aurions aimé faire encore plus, malheureusement tout est très cher. Même pour faire une simple randonnée il faut payer un bus (colectivo) pour aller jusqu’au point de départ, et ces bus sont excessivement chers (300 à 400 ARS/pers. soit une vingtaine d’euros). Heureusement Lilly n’a pas payé dans la plupart des cas.

parque2

Parque Nacional Tierra del Fuego et Tren del Fin del Mundo

Nous avons commencé par le parc national Tierra del Fuego, car nous avions très envie de prendre le Tren del Fin del Mundo (Train du bout du monde) que nous avions vu dans de nombreux guides et brochures. Spoiler alert : c’était sympa mais ça ne valait pas du tout la petite fortune que nous avons payé pour le prendre !

Infos pratiques

  • Site web du Parque Nacional Tierra del Fuego
  • Pour accéder au parc : en voiture ou en colectivo depuis le terminal de bus au centre d’Ushuaia (400 ARS/pers).
  • Entrée du parc : 210 ARS
  • Le Tren del fin del mundo : 690 ARS.
    Départs à 9h30, 12h et 15h. Durée 1h (1h45 pour l’aller-retour).
    Le prix inclut l’aller-retour, sachant qu’on peut tout à fait ne faire qu’un aller simple (pas intéressant de faire l’aller-retour puisqu’on repasse exactement par le même chemin).
    Attention le nombre de places dans le train est limité. Pour peu qu’on soit en haute saison, vous devrez peut-être vous contenter de places dans le train suivant (comme nous).

En ce qui nous concerne, nous avons donc pris un colectivo ($$) pour aller au parc, où nous avons appris qu’il n’y avait plus de places dans le train de 9h30. Nous avons donc pris des places pour celui de midi ($$$) et payé en même temps l’entrée du parc ($$) et nous nous sommes baladés en attendant. Vers 11h15 on nous a dit qu’on pouvait embarquer (sachant qu’on nous avait dit d’être là vers 11h30 – vive les horaires !) et nous voilà partis dans le train sur les traces des pauvres forçats de la prison d’Ushuaia. Et oui car apprenez-le, à la fin du XIX siècle, une colonie pénale est installée à Ushuaïa. Les prisonniers travaillent à l’allongement de la ligne de chemin de fer ou à la coupe de bois de chauffage et de construction dans les forêts autour de la ville. Le train du bout du monde propose de parcourir une partie du trajet de cet ancien train de prisonniers.

1 heure plus tard, après avoir parcouru ce morceau d’histoire, nous voici de nouveau à pied. Nous sommes censés reprendre un colectivo pour aller à l’autre bout du parc où nous souhaitons faire une balade de 2h, mais aucun ne se pointe. Plutôt que d’attendre (il n’y a aucune indication et aucune certitude qu’un bus va passer), nous décidons de marcher un petit quart d’heure jusqu’à la baie (Bahia Ensanada) pour picniquer et d’attendre le bus là-bas. Une fois là-bas, toujours rien, nous pensons qu’il risque de ne pas y en avoir avant la fin d’après-midi, nous décidons donc d’attaquer une rando de 4 heures le long de la côté (sentier de la Senda Costera – 8km). A l’origine nous n’avions pas prévu de la faire car elle nous semblait un peu longue avec Lilly, mais ça nous semble mieux que d’attendre à ne rien faire !

parque1 parque3 parque4 parque5

Au final, la balade est très sympa, les vues sont magnifiques, et nous la finissons en à peine 3 heures. Un bus attend à l’arrivée, hourrah ! Si vous passez dans le coin, je vous recommande de faire cette balade très sympa et facile, et d’éviter le train du bout du monde !

Le Glacier Marcial (glaciar Marcial)

Le lendemain nous avons dû consacrer la matinée à différentes choses plus ou moins intéressantes (faire des courses, retirer des sous, acheter nos billets de bus pour El Calafate, réserver notre expédition pour la Pinguïnera, etc.), c’est donc assez tard que nous nous mettons en route. Comme l’après-midi est déjà bien entamé, nous décidons d’aller voir le Glacier Marcial, qui peut se visiter assez rapidement. C’est dimanche, il y a encore moins de bus que d’habitude, du coup nous partageons un taxi avec une habitante du quartier et quelques pesos plus tard nous voilà au point de départ de la balade !

Il s’agit d’une petite rando qui permet d’accéder à la base du Glacier (nous ne sommes pas équipés pour monter plus haut). Nous montons un chemin très raide pendant une bonne demi heure (avec Lilly sur le dos) pour arriver à un premier palier. De là on a une très belle vue sur la ville et le canal Beagle et sur toutes les montagnes qui l’entourent. Il a neigé dans la nuit, les sommets sont saupoudrés de blanc et c’est magnifique !

De là où nous sommes, on voit la deuxième partie du chemin, qui monte jusqu’à la base du glacier. Il reste 45 minutes-1h, mais nous ne continuons pas car nous préférons redescendre à pied jusqu’à la ville pour éviter d’avoir à payer un taxi. Nous entamons donc la descente et pour que ce soit plus sympa, nous prenons les petits chemins dans la forêt plutôt que la route. Au final, nous marchons une bonne dizaine de kilomètres jusqu’au centre de Ushuaïa. Encore une bonne balade !

marcial1 marcial2

La Laguna Esmeralda

C’est vraiment une rando à ne pas louper, nous avons été bluffés par les paysages traversés ! S’il fallait n’en faire qu’un, c’est celle-là !

Comme chaque jour, nous avons hésité avant de nous lancer car la météo annonçait de la pluie, mais au final nous avons bien fait d’y aller ! Le départ se fait en colectivo depuis le terminal (300 ARS). Après 25 minutes de route, on arrive à un petit sentier qui s’enfonce dans la forêt. Le sentier est bien balisé, pas de risque de se perdre, par contre c’est très marécageux. Mieux vaut venir avec une bonne paire de baskets qui ne craignent rien, et surtout qui tiennent bien au pied sous peine de les perdre dans la boue !

Les photos ne rendront malheureusement pas justice à ces paysages : la vue est incroyable, on parcourt des étendues immenses qui vont jusqu’au pied des montagnes, traversées par une rivière d’un bleu laiteux (l’eau est chargée de sédiments qui lui donne cette couleur). Nous avons picniqué en haut, une fois arrivés à la lagune, mais nous n’y sommes pas restés longtemps car le vent était très froid ! Encore une fois, la rando se fait plus rapidement que le temps annoncé, nous l’avons faite en un peu moins de 3h.

laguna4laguna1 laguna2 laguna3

Infos pratiques
Laguna Esmeralda
8 km – 4h – 160 m de dénivelé

Estancia Harberton – Pinguïnera Isla Martillo

Pour notre dernier jour nous avions réservé des places pour la visite de la Pinguïnera, sur l’île Martillo. L’excursion permet de parcourir le canal Beagle en bateau et d’admirer ses principaux attraits (le phare des Eclaireurs – en français dans le texte -, la côté chilienne, le fameux village de Puerto Williams, etc.) puis de marcher avec les manchots (pinguinos en espagnol, mais manchots en français !) sur l’île Martillo.

pinguinera-2_630 pinguinera-1

Une grande colonie est installée sur cette île : grâce aux courants, les manchots y trouvent une nourriture abondante, et peu de prédateurs, ce qui en fait un lieu parfait pour y élever leurs petits ! De nombreuses agences proposent des croisières vers l’île mais seule l’agence Piratour permet de marcher sur la Pinguïnera à la rencontre des manchots. Les places sont limitées afin de protéger les animaux et leur habitat. L’expédition prend toute la journée, avec une partie du trajet en bateau et l’autre en bus. A la Pinguïnera nous avons été épatés par le nombre de manchots qui y vivent et nous avons eu la chance de voir 3 espèces différentes sur les 17 qui existent dans le monde : le pingüino papúa (manchot papou), le pingüino magallánico (manchot de Magellan) et le pingüino rey (manchot rois) dont la tête est jaune.

pinguinera-3pinguinera-5 pinguinera-6

Nous avons quitté Ushuaia très contents de notre semaine, et prêts à découvrir de nouveaux horizons. Etape suivante : El Calafate et le glacier Perito Moreno, que nous avons rejoint en bus via un long trajet de 16h.

NB : les photos ne sont pas du tout retouchées par manque de temps, j’espère que vous m’excuserez pour les défauts d’exposition !

14 Comments

  1. Sabine says

    Magnifique ! Merci de nous faire voyager à travers ces articles et ces belles illustrations. Ça fait rêver… La rencontre avec les manchots a dû être magique !!! 🙂 bises.

    • unefilledavril says

      Oui c’était chouette, on aurait pu en piquer un discrètement ! 😀
      Bises !

  2. Narb says

    Comment, vous n’avez pas testé la rivière d’un bleu laiteux, certainement tiède-bouillante ? Honte à vous… Quant à piquer un manchot, vous auriez pu faire un échange, façon parents de Calvin… A la démarche de Raccoon dans certaines rues de Barça, les pingouins l’auraient adopté à coup sur !

    • unefilledavril says

      Oui, je suis sûre qu’elle serait passée inaperçue… mais bon, elle est déjà trop grande pour rentrer dans un nid alors on est reparti avec elle !

  3. Matteo says

    Trop magique… Ça donne envie de partir aussi.
    Les photos sont déjà magnifiques, on peut s’imaginer l’émerveillement que cela doit procurer quand on y est pour de vrai !

    • unefilledavril says

      Merciii ! Et tu vas voir, les paysages qui arrivent sont pas mal du tout… (#teasing)

  4. christelle says

    MAGNIFIQUE!!! Vraiment très beau paysage. J’espère que vous n’avez pas eu trop foid.
    Et une vrai petite aventurière la puce!!!
    Merci pour ce partage.
    A bientôt
    Bise des TTC

    • unefilledavril says

      Pour le froid ça allait, on était correctement équipés !
      En soit il ne fait même pas si froid niveau températures, c’est juste le vent qui est glacial !
      Bises

  5. Pingback: 5 panoramas de la Laguna Esmeralda – Une fille d'avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.