Chili
comments 9

Chiloe, la Isla Grande

chiloe-maisonrose-featured_RT

E t nous voilà au Chili, le deuxième pays traversé lors de notre grand voyage ! Le passage de la frontière s’est fait sans problème, avec des contrôles bien organisés (ce ne sera pas forcément le cas partout, on vous racontera plus tard le passage de frontière Chili –> Argentine qu’on a fait quelques semaines après !). On est quand même resté un peu ébahi devant le chien policier qui est venu renifler tous nos bagages, les sièges du bus, etc. à la recherche de fruits et légumes frais (interdits de passage) (mais sûrement aussi de drogues).

Nous passons la nuit à Puerto Montt (une ville assez moche dans laquelle nous sommes contents de ne faire qu’une courte étape) avant de récupérer la deuxième voiture de location de notre voyage, qui nous emmenera à la découverte de Chiloé !

Chiloé, c’est une île dont j’ignorais l’existence avant de lire El Cuaderno de Maya de Isabel Allende, et dont le nom m’est revenu en mémoire quand nous avons commencé à réfléchir à notre itinéraire chilien. Pour s’y rendre, il faut prendre le ferry à Pargua (12 000 CLP). De là, la route 5 (la célèbre Panaméricaine) passe par les villes d’Ancud au nord de l’île, de Castro (la capitale) et de Quellón au sud, où elle prend fin.

Nous avions pris nos quartiers à Castro pour 4 nuits, un bon point de départ pour explorer toute l’île. Malheureusement nous n’avons pas pu la découvrir autant que ce que nous aurions voulu : nous avons eu des soucis avec notre hôte Airbnb qui nous ont fait perdre du temps, et Lilly a été pas mal malade en voiture, ce qui fait que nous nous sommes moins baladés que ce qu’on aurait aimé. Du coup je garde une petite frustration sur ce séjour, que j’ai trouvé trop court et pas assez riche en explorations !

Les palafitos de Castro

Les palafitos (maisons sur pilotis) de Castro

Que faire à Chiloé ?

La route des églises

Chiloé est très connue pour ses églises, dont 16 sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Construites aux XVII et XVIII siècles, elles sont une fusion de la culture jésuite (Chiloé étant une possession espagnole à l’époque) et des traditions et techniques des Huilliches, un peuple de pêcheurs. Les églises de Chiloé sont entièrement construites en bois chilote, selon des techniques qui leur permettent de résister au climat humide et pluvieux de l’archipel, et elles constituent en cela un style architectural unique.

Le site www.iglesiasdechiloe.cl recense les églises classées. En ce qui nous concerne, notre préférée (sachant qu’on en a vu très peu sur toutes celles qui existent !) est celle d’Ichuac, sur l’île Lemuy (c’est la deuxième photo ci-dessous).

A Detif - Route des églises de Chiloe A Ichuac - Route des églises de Chiloe Eglise San Augustin - Route des églises de Chiloe A Detif - Route des églises de Chiloe A Castro - Route des églises de Chiloe

Rouler pour admirer le paysage !

Les paysages, les petites maisons colorées, un cheval en liberté au détour d’un virage… il suffit de rouler pour profiter de la beauté de l’archipel ! J’ai vraiment craqué sur les maisons chilotes, elles sont superbes : en bois, colorées, elles semblent fragiles mais sont au contraire conçues pour résister à l’environnement (pluvieux et sujet aux tremblements de terre). J’aurais voulu m’arrêter toutes les 30 secondes pour les prendre en photo mais ce n’était pas forcément possible, du coup je n’ai quelques clichés volés le long de la route ! (merci au stabilisateur du téléphone !)

Ile Lemuy Les maisons de Chiloé

J’ai particulièrement aimé parcourir l’île Lemuy : nous l’avons traversée jusqu’au village de Detif, à la recherche de son église, et après ça nous avons continué sur une petite route de boue terre jusqu’au bout du bout de l’île.
De vraies montagnes russes, une belle route qui serpente, sachant que par moment la bande de terre est si étroite qu’on voit l’océan des 2 côtés ! C’est certainement un de mes plus beaux souvenirs de Chiloé.

Ile LemuyIle Lemuy Ile Lemuy

Le Muelle de las almas

Avis mitigé sur ce point d’intéret qu’on nous avait recommandé : en soi l’endroit est joli et la petite randonnée de 40 minutes pour y arriver est très sympa, mais c’est blindé de touristes qui viennent faire des selfies sur le fameux muelle !

Sérieusement, il y a la queue pour pouvoir poser devant l’océan et chacun y va de son petit secouage de cheveux en mode « parce que je le vaux bien », avec photo de profil,  face 3/4, encore de profil, cheveux à gauche, cheveux à droite… on n’en finit plus !

Bref, tout ça pour dire qu’il faut y aller tôt ! A midi il y a déjà beaucoup de monde, par contre vers 9h-10h ça doit être beaucoup plus appréciable. Comme la route est un peu longue (chemin de terre de Cucao jusqu’au point de départ de la rando + 30-40 minutes de marche), il faut prévoir d’être matinal. 🙂

NB : le parking est payant (2 000 CLP) et l’entrée également (1 500/personne).

Muelle de las almas Muelle de las almas

On nous a aussi recommandé d’aller faire un tour à la Laguna Pastahué et sur l’île Aucar mais le temps nous a manqué !

Infos pratiques :

– Nous avions réservé un hébergement en avance sur Airbnb mais nous avons pu constater qu’il y a beaucoup de cabañas à Castro, donc c’est sûrement facile de se loger pour pas cher en cherchant directement sur place (sachant qu’on y était début février, donc en haute saison).
– Il y a des bus locaux qui traversent l’île mais avoir une voiture (normale, pas besoin de 4×4) est idéal pour être flexible et faire ce qu’on veut.
– En dehors de la route 5, les routes ne sont pas forcément goudronnées. A prendre en compte dans le temps de trajet !

Bonne adresse à Castro : le Mercadito

Un joli restaurant avec vue sur l’océan. Pas vraiment économique (mais pas cher non plus), on y a très bien mangé ! Comme on s’en est souvent rendu compte en Argentine et au Chili, l’écart entre manger un truc basique et très bien manger ne tient parfois qu’à quelques pesos si on sait où aller.

Bonne adresse : Le Mercadito, Castro

De retour sur le continent, nous sommes remontés jusqu’à Puerto Varas, à la découverte des volcans !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

9 Comments

  1. christelle says

    Coucou à vous!

    Super si vous avez pu passer la frontière sans encombre! Vous voilà sur une nouvelle découverte!
    J’espère que Lilly va mieux.
    C’est vrai que l’endroit est joli sur la passerelle, mais je n’aurai pas la patience d’attendre que le défilé de mode soit fini!! Grrrrrr
    A plus, pour vos nouvelles aventures!
    Bisous des TTC

    • unefilledavril says

      Coucou Christelle !
      Oui, on était un peu dégoûté ! C’est dommage car l’endroit est vraiment joli.
      Bises !

  2. Il y a un petit coté « de l’autre coté du continent », genre Canada, pour ces maisonnettes colorées, c’est intéressant.
    Et dommage que l’on ait pas droit au selfie Boucles d’Or sur le muelle, je suis sûr qu’avec le vent, cela eût donné qqc d’intéressant !
    Ciao

    • unefilledavril says

      Pour le côté Canada, on pourra faire une comparaison une fois qu’on y sera ! Pour les cheveux, bah… elle tient de sa mère !

  3. Merci pour ces récits et photos qui me permettent de m’évader un tout petit peu 🙂 Les églises me font penser à celles que j’avais vu en Slovaquie il y a
    loooongtemps. Là-bas aussi, elles sont en bois et j’aime beaucoup !
    Belles découvertes à vous 3!
    Carole GM

    • unefilledavril says

      Merci Carole, on continue les découvertes, ce n’est pas prêt de s’arrêter. 🙂
      J’espère pouvoir continuer à les partager, mais il faut que je rattrape mon retard !!
      Bises à vous tous

  4. Pingback: Osorno & le parc Vicente Pérez Rosales – Une fille d'avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.