Bolivie, Pérou
comments 2

Le lac Titicaca : ce qu’on a fait, ce qu’on aurait aimé faire

Lac Titicaca

Comme je le racontais dans cet article, nous sommes partis de Sucre dès que nous avons eu le go des médecins, et nous avons filé retrouver ma sœur au niveau du lac Titicaca. Pour gagner du temps, on s’est autorisé un avion de Sucre à La Paz (50 minutes de vol au lieu de 12h de bus) et à peine arrivés dans la capitale, nous avons sauté dans un bus pour Puno (côté Pérou). De La Paz nous n’avons donc pas vu grand chose, à part… son immensité ! Le petit tour de taxi pour descendre de l’aéroport situé à El Alto jusqu’au terminal de bus nous a permis d’avoir un aperçu des collines recouvertes de maisons de briques rouges. Dommage, je suis sûre qu’on aurait apprécié d’y passer quelques jours !

Le passage de frontière entre la Bolivie et le Pérou s’est déroulé sans encombre. Il n’y a pas de pont (en tout cas pas là où on est passé), la traversée du lac se fait donc sur des petits bateaux à moteur pour les passagers, et des barges pour les véhicules. Je crois que de la rive on croisait tous les doigts pour que notre bus ne tombe pas à l’eau avec toutes nos affaires ! Peu après nous avons pu passer la frontière, changer nos bolivianos en soles, et arriver finalement à Puno bien fatigués après cette journée sur la route !

Traversée du lac Titicaca

Passage de frontière Bolivie – Pérou :

Pour le passage de frontière, assurez-vous d’avoir votre petit papier de sortie du territoire de Bolivie (celui qu’on a dû vous donner à l’entrée), sinon il vous coûtera environ 25 Bolivianos pour le remplacer. C’est ce qui est arrivé au mec devant nous. 25 Bs ce n’est pas énorme, mais il faut avoir gardé un peu de monnaie sur soi car il n’y a bien sûr aucun distributeur dans le coin !

Le lac Titicaca

Plus grand lac d’Amérique du Sud et plus haut lac navigable au monde (3 800  d’altitude), il fait partie de ces endroits iconiques que beaucoup de voyageurs rêvent de découvrir. Malheureusement, nous sommes arrivés plus tard que prévu et nous avions une contrainte de temps forte : notre ticket d’entrée pour le Machu Picchu ! Au final, il ne nous restait donc plus qu’un jour pour découvrir le lac, donc pas possible d’aller dormir sur une île par exemple (ça aurait pu être une alternative sympa). Du coup je vais vous donner les 2 versions : ce qu’on avait prévu de faire et ce qu’on a fait au final.

Lac Titicaca

Le plan : Isla del Sol (côté Bolivie) et Llachon (côté Pérou)

Nous avions de passer une nuit à Copacabana puis de prendre un bateau pour aller découvrir l’Isla del Sol. A priori on peut la traverser du Nord au Sud de manière autonome, c’est une petite rando pas compliquée. Ensuite, nous serions parti côté Pérou via Puno et nous serions allés dormir à Llachon, chez l’habitant. Llachon est un petit village encore peu fréquenté, juste au bord du lac.

Ce qu’on a fait : Uros et Taquile (côté Pérou)

Après avoir retrouvé nos visiteurs à Puno (quelle ville charmante ! … ou pas), Nous avons donc dû nous rabattre sur ce qu’on ne voulait surtout pas faire (le tour touristique de base), à savoir une excursion en bateau pour découvrir les îles Uros puis l’île de Taquile. Mais bon, c’était ça ou rien. On négocie une excursion à 45 soles par personne et le lendemain matin à l’aube, c’est parti.

Lac Titicaca

Uros
Premier arrêt de la journée, c’est Disneyland ! On est accueilli sur l’île (quelques mètres carrés) par des chants de bienvenue puis la visite commence. Tout est très scripté, on est vraiment dans le tourisme de masse, ce n’est pas très agréable. Heureusement les explications qu’on nous donne sur les îles sont intéressantes. On apprend des choses sur la technique d’assemblage des îles, la manière dont ils vivent et troquent avec d’autres îles.

Les iles Uros sont des îles flottantes entièrement fabriquées par l’homme. Les habitants découpent au fondu du lac des carrés de terre et de racines de roseaux, et les assemblent pour former une plateforme de la taille désirée. Sur cette plateforme, ils déposent différentes couches de roseaux secs pour former la couche supérieure. L’île flottante est ensuite amarrée au fond du lac.

Les habitants vivent pieds nus sur ces îles, et souffrent souvent de rhumatismes. Ils pêchent, chassent des canards et collectent leurs œufs, produisent des objets artisanaux. Chaque semaine ils échangent leurs biens contre les ingrédients qu’il leur manque : sucre, pommes de terre, etc.

Iles Uros sur le lac Titicaca Iles Uros sur le lac TiticacaIles Uros sur le lac Titicaca Iles Uros sur le lac Titicaca

Taquile
Nous sommes contents de repartir, vers l’île de Taquile cette fois : bien que très impactée par le tourisme, elle donne une impression plus authentique qu’Uros. L’île est très belle : cultivée, verte, couverte de fleurs. Nous la traversons en montant pour atteindre le village : à cette altitude, la montée fatigue vite ! Arrivés en haut nous sommes assaillis par des petites filles qui veulent nous vendre des bracelets tressés et d’autres babioles. C’est un peu pesant. Nous visitons l’atelier/boutique sur la place : les tissages réalisés sont très beaux, mais après la Bolivie tout nous semble cher. Particularité de l’île : elle est connue pour ses hommes qui tissent. Les femmes quant à elles filent la laine, on les voit souvent avec une quenouille à la main. Autre particularité : la tenue des femmes et des fillettes, très spécifique : elle portent sur la tête un grand voile noir orné de pompons colorés aux angles. Il encadre le visage et tombe assez bas sans le dos, je ne sais même pas comment elles arrivent à le maintenir en place !

Ile Taquile sur la lac Titicaca Ile Taquile sur la lac Titicaca Ile Taquile sur la lac Titicaca

Notre groupe déjeune chez une habitante, un délicieux repas à base de truite du lac. Vu le prix payé pour la journée c’est une bonne surprise. On redescend vers le bateau par un autre chemin. La vue est magnifique mais je n’en profite pas trop car pour la première (et unique) fois, je souffre de l’altitude. Une douleur dans le ventre intense, qui ne se calme qu’une fois posée dans le bateau et avec un bon Ibuprophene.

Après cela, la journée est finie, notre bateau repart vers Puno. Nous finissons la journée par un bon goûter au café Ricos Pan, et nous nous préparons à aller à Cuzco le lendemain matin, pour partir à l’assaut du Machu Picchu !

Bonnes adresses à Puno

  • Ricos Pan pour un goûter gourmand (boissons chaudes, parts de gâteaux)
  • Colors Restaurant : cuisine péruvienne de qualité, des plats assez fins, nous y avons très bien mangé.

Prochaine étape : Cuzco la magnifique, avec au programme des sites incas et pré-incas, le Machu Picchu et quelques jours dans la jungle !

Enregistrer

2 Comments

  1. Narb says

    Au moins, Raccoon et les petites Urosiennes sont du même sang, pour la couleur des vêtements (moins pour le style, certes).

    • unefilledavril says

      Oui, pour le style ça reste assez éloigné, en même temps les jupons prendraient trop de place de nos sacs !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.