Pérou
comments 2

Arequipa, ville blanche aux portes du Canyon de Colca

Arequipa la ville blanche du Pérou

Après Cuzco, nous devions normalement partir à la découverte du Nord du Pérou : Huaraz, Trujillo, Chan Chan… malheureusement avec les intempéries qu’ont subies les régions du Nord à cause d’El Niño (plus de 2 mois de pluie consécutifs, routes coupées, zones saccagées, des centaines de milliers de personnes affectées, sans compter les risques sanitaires liés à la présence d’eau stagnante), on a vite compris qu’il allait falloir faire une croix sur le Nord. Un mal pour un bien puisque ça nous a permis de découvrir la région d’Arequipa, qu’on aurait sinon écartée de notre itinéraire. Je ne regrette pas, c’est un des endroits que j’ai préférés au Pérou !

En termes de visites, nous l’avons joué assez cool (et économique !) en visitant uniquement le couvent Santa Catalina. Il y a d’autres choses à voir mais question budget ça faisait vite un peu trop. Par ailleurs comme c’était la semaine sainte, certains lieux n’étaient pas accessibles, comme par exemple l’église de la Recoleta et son musée qui est censé abriter une impressionnante bibliothèque. En revanche on a beaucoup marché dans la ville qui est très belle et agréable ! Nous avons également cheminé jusqu’au mirador de Yanahuara, mais le Misti était caché, il n’y avait pas grand chose à voir ! On a profité de cette déconvenue pour pousser jusqu’au parc Selva Alegre, où nous avons trouvé une belle aire de jeux pour Lilly (merci au Tour du monde à 80 cm pour ce bon plan !). Enfin, toujours curieux de goûter à la cuisine locale, on a testé le queso helado, qui est une spécialité d’Arequipa… mais ce petit goût de noix de coco ne nous a pas convaincus !!

Arequipa est également le point de départ pour le trek du canyon de Colca. J’ai découvert ce canyon en suivant d’autres aventuriers sur Instagram : avec ses 3400 m de profondeur, il s’agit tout simplement du 2ème canyon le plus profond au monde (le premier n’étant pas le Grand Canyon des USA comme on pourrait le penser, mais le canyon de Cotahuasi, voisin du Colca).

Arequipa la ville blanche du Pérou Arequipa la ville blanche du Pérou Arequipa la ville blanche du Pérou Arequipa la ville blanche du Pérou

Arequipa

Le Couvent Santa Catalina

L’entrée du monastère est chère (40 soles) mais croyez-moi, ça vaut le coup ! J’avais peur moi aussi qu’on paye cher pour pas grand chose, mais d’une part c’est magnifique, et d’autre part la visite prend bien 1h30-2h (sans guide) donc on en a pour son argent !

Monasterio de Santa Catalina, Arequipa

Le couvent est une véritable ville au sein de la ville, puisqu’il occupe plus de 20 000 m2. Je vous en dirais plus après sur la petite histoire (croustillante) de ce lieu, mais sachez avant toute chose que c’est beau, très beau. Je confesse qu’il m’a semblé impossible de ne sélectionner que quelques photos : du coup je vous emmène en visite !

Avec ou sans guide ?
Nous avons fait la visite seuls car les guides sont assez chers et on préfère toujours faire les choses à notre rythme. J’ai eu l’impression que les guides faisaient un peu le tour au pas de course, et en tendant l’oreille il ne m’a pas semblé qu’ils expliquaient beaucoup plus de choses que ce qui est noté sur les panneaux d’explications. En tout cas en lisant les panneaux, on avait déjà pas mal d’infos.

De jour ou de nuit ?
Il est possible de réserver une visite guidée nocturne : c’est sûrement très impressionnant et magique, mais j’imagine qu’on perd un peu le côté coloré du couvent, qui fait toute sa beauté. Je vous conseille vraiment de faire la visite un jour où il fait grand beau : les couleurs seront superbes et l’atmosphère chaleureuse et colorée vous ravira.

NB : pour une visite de jour, surtout n’y allez pas trop tard ! Le couvent attire beaucoup de monde, et pour pouvoir le visiter tranquillement (et faire de belles photos), il vaut mieux y aller dès l’ouverture !

Nos Bonnes adresses

Où dormir à Arequipa :

Nous avons logé au Yes Arequipa Hostel, qui est un peu excentré mais qui nous a bien plu : prix très correct pour une chambre spacieuse, propre, wifi correct, cuisine plutôt bien équipée et patio très agréable. De plus il est situé à proximité d’un grand supermarché et il suffit d’une dizaine de minutes de marche pour rejoindre la Plaza de Armas. Et j’oubliais : bon petit déj !

Où manger à Arequipa :

Chulls : coup de cœur pour ce petit resto ouvert il y a tout juste 2 mois par un frenchy (Mika) et sa chérie péruvienne. Nous sommes passés devant par hasard en cherchant le Chelawasi et le combo burger à 15 soles (burger + frites + jus) nous a fait de l’oeil. C’est simple, vraiment bon, et le milkshake Oreo est un délice ! En plus, Mika prévoit de proposer bientôt des craft beers…

Chelawasi : un burger encore meilleur, tenu par un Américain de Portland, avec un large choix de craft beers ! En revanche c’est pas mal plus cher que le Chulls, puisque le burger-frites est à 25 soles, et les bières autour de 16. L’endroit est très sympa et animé. Un peu excentré mais ça vaut le coup de marcher jusque là-bas. Le truc en plus ? 6 sauces maison, dont la meilleure de toutes : la mayonnaise aux olives, notre préférée à Lilly et moi ! (Fabien préfère quant à lui la petite sauce au Rocoto !).

La petite française : des crêpes, dans les règles de l’art ! C’est bon, c’est sympa, que demander de plus ? La crêpe complète est à 12 soles. (Bonne adresse pour se poser un moment avec le wifi).

Nemesis : encore des Français, décidément ! Inspiration asiatique pour ce resto minuscule, qui vient d’ouvrir lui aussi. On a goûté le pho (8 soles) et le bo bun (12 soles), le pho est un peu léger mais le bo bun est superbe !

Où manger à Arequipa

La Lucha Sangucheria : une chaine qui propose de sandwichs assez sympas et de très bons jus (13-14 soles le sandwich, sans les frites).

Chaqchao : pour un café ou un goûter chocolaté. Leurs gâteaux ne sont pas les meilleurs du monde, mais on les mange quand même avec plaisir (environ 7 soles la part), et leur terrasse à ciel ouvert est très agréable. Ils ont aussi des bières mais elles sont excessivement chères.

Où manger à Arequipa

Le canyon de colca

Avec une agence

La majorité des agences proposent plus ou moins les mêmes tours :

  • Le canyon en 1 jour en bus
  • 2 jours / 1 nuit : départ d’Arequipa à 3h du mat, observation des condors depuis un point de vue, descente dans le canyon, nuit à l’oasis de Sangalle, remontée le matin à l’aube et retour à Arequipa (environ 100 soles/pers).
  • 3 jours / 2 nuits : plus ou moins le même tour mais avec plus de temps, notamment sur la première journée (environ 140 soles/pers).
  • Nb : ces prix n’incluent pas l’entrée dans le parc (+70 soles) ni les « extras » (lunch du dernier jour, eau, sources chaudes)

Certaines agences proposent des tours moins classiques : nous en avons rencontré 2, qui emmènent les visiteurs dans des coins beaucoup moins fréquentés, mais c’est tout de suite beaucoup plus cher (plus de 500 soles/pers).

Le Canyon de Colca, Arequipa

En autonome

Il existe aussi la possibilité de faire le canyon en autonome : pour cela il faut se rendre à Cabanaconde (bus depuis le terminal d’Arequipa – 17 soles/pers. – 6h de route) et commencer le trek de là-bas. Je vous conseille de vous renseigner auprès de iPeru (bureau sur la Plaza de Armas) pour obtenir une carte et pouvoir définir votre itinéraire. Ils pourront également vous indiquer les horaires des bus (de mémoire, il y en a à 9h et 11h).

Dans le canyon a priori les directions sont plutôt bien indiquées mais mieux vaut avoir un GPS (merci maps.me !) pour s’orienter en cas de besoin. Il ne faut pas oublier qu’il fait vite très chaud dans le canyon et qu’il y a peu de passage (et aucun endroit pour acheter de l’eau), donc la sécurité n’est pas à prendre à la légère.

Sur internet vous trouverez facilement des récits de randonneurs qui ont fait le canyon en autonome. En recoupant les informations vous pourrez donc facilement planifier un itinéraire et vérifier les temps de rando entre chaque destination.

En ce qui nous concerne, nous n’avions pas forcément prévu de le faire seuls. Au contraire, le couple australien rencontré à Manu nous avait parlé de la possibilité de faire le trek à un prix très correct avec une agence, donc on partait a priori là-dessus. Mais… On a vite été refroidis par :

  • le côté un peu « autoroute » : faire la même chose que tout le monde, au même moment que tout le monde.
  • les horaires : devoir réveiller Lilly super tôt est quelque chose qu’on préfère éviter. Pour randonner dans le canyon on savait que ce serait inévitable, mais le côté agence fait qu’on a zéro flexibilité.
  • le parcours et le rythme : aller voir des condors n’était pas franchement dans nos priorités (on en a vu plein ici !), marcher au même rythme que tout le monde sous la houlette d’un guide n’était pas forcément possible pour nous (vu le poids à porter pour chacun de nous)…

Assez peu motivés par tout ce qu’on voyait, on a repoussé notre départ jusqu’à se rendre à l’évidence : il fallait le faire de nous-mêmes !

Le Canyon de Colca, Arequipa

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 Comments

  1. Pingback: Le canyon de Colca en autonome via Llahuar et Sangalle – Une fille d'avril

  2. Pingback: Nazca, Huacachina & Paracas : flying, sandboarding & chilling – Une fille d'avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.