Equateur, Pérou
comments 5

Contrebande & pots de vin pour notre passage de frontière Pérou – Equateur

Tuk-tuk à Piura

Notre passage de la frontière Pérou > Équateur a été un peu… mouvementé ! Ou plutôt, on pourrait dire qu’il a mis notre patience à rude épreuve !

Vous vous rappelez peut-être que de Lima nous avons pris un vol interne pour Piura afin d’éviter de traverser le nord du Pérou encore affecté par les conséquences des inondations, et que de Piura nous avons pris un bus de nuit pour Cuenca au sud de l’Equateur. A Piura nous avons d’ailleurs pu voir l’impact de ces intempéries : après 2 mois de pluie non-stop, le temps commençait seulement à s’améliorer. Toutes les rues étaient en travaux, et encore bien boueuses. Piura est une des plus grandes villes du pays, plusieurs millions de personnes y vivent et ont été affectées par les inondations. Adélaïde et Noémie, deux Françaises que nous avions rencontrées à San Pedro de Atacama, y étaient quelques semaines avant nous et elles ont fait un superbe boulot avec la branche locale d’Emmaüs pour aider à restaurer une école. Bravo à elles !

Nous sommes arrivés très tôt à Piura mais notre bus pour Cuenca ne partait que tard le soir. Sur le conseil du monsieur qui nous vendu les tickets (et qui nous a très gentiment proposé de nous accompagner du terminal au centre pour qu’on puisse retirer de l’argent), nous avons pris un tuk-tuk (première fois !!!) pour aller dans un très grand centre commercial où nous avons passé la journée. Pas très culturel comme visite, mais on était tranquille, il y avait des jeux pour Lilly, et on a pu se poser pour bouquiner et faire trois courses en prévision du trajet.

En fin de journée nous sommes repartis prendre notre bus, avec encore un grand moment vécu dans notre tuk-tuk, qui slalomait follement entre les voitures et n’hésitait pas à rouler à contresens pour gagner un mètre !

Pour revenir à nos histoires de frontière, nous allions donc passer celle-ci de nuit, vers 1h du mat. Vu tous les passages de frontière que nous avons déjà fait depuis le début de ce voyage, celui-ci ne nous stressait pas plus que ça et nous n’attendions aucune complication particulière… C’était sans compter sur le fait que la moitié des passagers du bus avaient prévu de passer en douce des marchandises non déclarées ! Nous passons l’immigration, tampon de sortie du Pérou puis d’entrée en Équateur, tout ça dans le même bureau. En quelques minutes c’est plié. Nous reprenons notre bus pour quelques centaines de mètres avant que la douane ne nous arrête pour un contrôle. Jusque-là, rien d’anormal.

L’officier monte à bord et repère immédiatement qu’il y a une quantité de sacs bien trop importante pour être innocente. Et le voilà qui commence à ouvrir tous les sacs… il faudrait être aveugle pour ne pas voir qu’ils sont pleins de fringues prêtes à être vendues de l’autre côté de la frontière. Nos braves contrebandiers commencent à paniquer, essayent de planquer des sacs discretos, et vident leurs poches pour constituer un pot de vin pour l’officier… qui ne se laisse pas avoir. Vu le stress des passagers et la détermination du militaire, il devait y avoir un sacré budget de contrebande ! Toujours est-il que les contrebandiers essayent de rallonger le pot de vin, sans autre résultat que de finir d’énerver l’officier, qui décide alors d’appeler des renforts et de nous faire changer de bus pour pouvoir fouiller celui-ci complètement. Il est 3h du mat, on a déjà 2 bonnes heures de retard sur l’horaire prévu, c’est la panique totale chez nos voisins, pendant qu’on se regarde d’un air blasé avec deux autres Françaises qui comme nous aimeraient bien pouvoir dormir plutôt que de se farcir tout se remue-ménage.

On doit avoir des têtes assez innocentes, du coup l’officier nous fait monter rapidement dans l’autre bus, et ne garde avec lui que les gens suspects. Hourra, on peut repartir ! Contrepartie plutôt positive de se retard, on arrive à Cuenca à une heure décente plutôt qu’à 6h du mat, ce qui nous permet de partir tout de suite à la recherche d’un hôtel (mais l’estomac dans les talons).

Fin de cette aventure frontalière, assez marrante quand on y repense ! Pour la suite, on part à la découverte de la ville de Cuenca et du très beau parc El Cajas.

Infos pratiques :
Bus Piura – Cuenca : compagnie Azuay.
Pour y aller, demander qu’on vous indique le terminal Ronco.
Confort assez relatif, mais trajet direct sans changement de bus à la frontière (normalement !).
Départ en soirée.

5 Comments

  1. Narb says

    Heureusement, vous n’aviez pas prévu de passer en contrebande une blondinette parlant 4 langues et posant 10 questions à la minute, ce n’eut point été aussi discret que les sacs de fringues…

    • unefilledavril says

      Elle aurait assommé le douanier en 2 secondes avec toutes ses questions et il nous l’aurait rendue immédiatement !

  2. manu says

    A tester pour un prochain passage de frontière! on l’a entendue demander une histoire a Mushka: avec sa petite voix, c’est sur, elle vous amadouerait un douanier sévère!

    • unefilledavril says

      On a testé, ça marche ! Dès qu’on montre sa tête aux contrôles de passeport, ils deviennent tout gentils (on a même eu des bonbons une fois !)

  3. Pingback: Cuenca et la splendeur du parc El Cajas – Une fille d'avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.