Equateur
comments 2

Retour en altitude ! A l’assaut du Quilotoa et du Cotopaxi

Volcan Cotopaxi, Equateur

La marque du maillot de bain fraîchement imprimée sur la peau, nous disons au revoir à Montañita, et repartons dans les hauteurs ! Au programme, la laguna Quilotoa et le volcan Cotopaxi.

Pour nous rendre à Quilotoa, notre première étape, nous savons juste qu’il va falloir enchaîner plusieurs bus, mais sans avoir aucune info sur les horaires et les correspondances. Mais depuis le temps, on a bien compris qu’en Amérique du Sud, on finit toujours pas arriver à destination, même si ça prend un peu de temps. Nous partons donc de Montañita par un des premiers bus, en nous demandant s’il est possible d’arriver à Quilotoa en un seul jour. La réponse est… « oui… mais… ». 🙂

Partis à 7h de Montañita, nous arrivons vers 9h45 à Guayaquil. Nous apprenons qu’un bus part à 10h pour Latacunga. On fait une croix sur nos envies de petit déj et on se précipite pour prendre le bus. Heureusement, on est en Équateur ! On ne tarde pas à recevoir la visite de plusieurs vendeurs ambulants qui prennent le bus d’assaut pour nous proposer de quoi grignoter pour quelques dollars. Le tupper de seco de pollo à 1$, je prends ! Dans l’après-midi, à Latacunga, nous arrivons tout juste à temps pour prendre le dernier bus de la journée pour Quilotoa. Un sacré enchaînement ! Mais qui n’est pas sans quelques inconvénients, comme vous allez le voir.

Vers 18h30, dans la nuit noire, le bus nous lâche à Zambahua et nous annonce qu’on va faire les derniers kilomètres en camionnette. Nous voilà donc entassé à 12 (oui oui !) dans un pick-up pour les 15 derniers minutes de trajet ! Malgré la température extérieure proche de 0, je vous assure qu’on n’a pas froid. Au moment de descendre (au milieu de nulle part), le chauffeur du pick-up pressé de s’en aller roule sur le pied de Fabien (juste sur le bout de la chaussure heureusement !) et se fait traiter de tous les noms par le principal intéressé. Nous marchons jusqu’aux premières maisons du minuscule village, et prenons une chambre dans le premier hôtel qu’on trouve.

Se rendre à Quilotoa depuis Montañita ou Guayaquil

Depuis Montañita : compter environ 12h (Montañita – Guayaquil – Latacunga – Quilotoa)
Depuis Guayaquil : environ 9h (Guayaquil – Latacunga – Quilotoa).
Montanita – Guayaquil : 3h – 6USD/pers.
Guayaquil – Latacunga : 7h – environ 10 USD/pers.
Latacunga – Zambahua – Quilotoa : 2h – 2,50 USD/pers.

La laguna Quilotoa : du bleu plein les yeux

Laguna Quilotoa, Equateur

Il y a plusieurs manières de visiter la laguna Quilotoa et ses alentours. Nous avons choisi de dormir au village de Quilotoa et d’aller simplement voir la lagune, mais il est aussi possible de faire un trek depuis Latacunga (avec un guide en général), qui passe par plusieurs petits villages.
Une fois à Quilotoa, on peut faire le tour du cratère (une bonne rando de 5-6h) ou juste descendre au fond du cratère et remonter. Nous avons opté pour cette dernière option car nous n’étions pas prêts pour une grosse rando et le temps était instable. La descente prend 35-40 minutes (forte descente) et la remontée prend 1h à 1h30, selon votre forme physique et la manière dont vous gérez l’altitude. N’oubliez pas qu’on est à 4000 m !
Il est possible de faire du kayak sur la lagune, s’il fait soleil ça doit être très sympa.

C’est bleu, c’est beau !

Après cette petite rando, nous avons passé l’après-midi à trainer à l’hôtel (au coin du feu !), avec un groupe d’américaines toutes aussi frigorifiées que nous. Quilotoa est un village absolument minuscule où il n’y a pas grand chose à faire (surtout quand il pleut !), on sent que c’est vraiment une petite communauté très rurale. Les habitants parlent majoritairement kichwa (variante locale du quechua) et on a bien vu que notre hôtelière n’était clairement pas à l’aise avec l’espagnol ! A noter : il n’y a quasiment rien dans les magasins à part des sodas et des galetas. Pas de fruits, pas de lait… je ne vous raconte pas la galère que ça a été pour trouver un petit déj pour Lilly ! Heureusement elle s’est découvert une passion pour les flocons d’avoine tout secs qu’on nous servait au petit déj. Ouf !

Ma recommandation : nous avons dormi 2 nuits à Quilotoa mais une nuit aurait totalement suffit (vu le froid qu’il fait dans les hôtels non chauffés, personne n’a envie de s’y éterniser). Du coup ma recommandation serait de venir le matin de Latacunga, de faire la balade dans la foulée, avec un petit picnic au bord de la lagune par exemple, et du kayak si le temps le permet, de dormir sur place et de repartir pour Latacunga le lendemain matin. Autre option : venir tôt de Latacunga, faire la balade, et repartir en fin de journée (mais vérifier que c’est possible au niveau des bus retour).

Laguna Quilotoa, Equateur Laguna Quilotoa, Equateur

Repartir vers Latacunga :

C’est plus compliqué qu’il n’y parait ! Il y a des bus mais personne ne semble savoir quand est-ce qu’ils passent. Du coup, notre hôtelière nous a conseillé d’aller au village de Zambahua et d’attendre le bus là-bas (il y en a toutes les 15 minutes apparemment). On a donc partagé un taxi avec un autre backpacker jusqu’à Zambahua, qui nous a laissé à l’arrêt de bus. Une fois là-bas, un Equatorien qui faisait le trajet avec sa camionnette nous a proposé de nous emmener à Latacunga pour moins cher et plus rapide que le bus. Vendu !

Latacunga

C’est de Latacunga que nous sommes partis pour notre randonnée sur le volcan Cotopaxi. Nous avons trouvé un chouette petit hôtel, qu’on a grandement apprécié après l’igloo dans lequel on a dormi à Quilotoa !

Où dormir à Latacunga

Hostel Tiana : 12,50$ par pers avec petit déjeuner continental. Bon wifi, eau bien chaude, chouette cuisine et parties communes sympas.

Cotopaxi : plus haut que le Mont Blanc !

Le Cotopaxi est un grand volcan, encore actif, qui surplombe Latacunga et qu’on peut même apercevoir depuis Quito quand il fait beau. La dernière éruption date du début du XXème siècle mais en 2015 des explosions provoquent une pluie de cendres sur Quito et l’évacuation de plusieurs milliers de personnes. Aujourd’hui le volcan est à nouveau accessible mais depuis cette date on ne peut plus monter au sommet : l’ascension se fait entre le parking (environ 4 500 m) et le refuge Jose F. Rivas situé à 4 864 m. Au delà, le volcan est couvert de glaces et de neiges éternelles, et l’ascension est réservée aux randonneurs bien équipés et accompagnés d’un guide (mais interdite jusqu’à nouvel ordre).

Volcan Cotopaxi, Equateur Volcan Cotopaxi, Equateur

Depuis Latacunga vous trouverez facilement des agences qui vous proposent l’ascension, mais une fois de plus on a préféré faire les choses par nous-mêmes. Après avoir interrogé différentes personnes (pas d’office du tourisme à Latacunga, c’est bien dommage), on a appris que
1) on peut aller en bus jusqu’à l’entrée du parc
2) il y a des camionnettes qui attendent là-bas pour aller jusqu’au parking
3) le trajet en camionnette coûte environ 5$.
Bilan des courses : Faux. Vrai. Faux.

1. On peut bien prendre un bus depuis le terminal de Latacunga. Il faut monter dans un des bus en direction de Quito et lui demander de vous laisser à l’entrée du parc. (Payé 1,5$ à l’aller, 1$ au retour). Sauf que… le bus ne nous laisse pas vraiment à l’entrée du parc, mais à environ 5 km de l’entrée.

2. Là où le bus nous dépose, il y a effectivement des camionnettes qui attendent.

3. Mais… en discutant avec les chauffeurs-guides, on apprend que 5$ c’est juste pour aller au point de contrôle à l’entrée du parc, pour le parking il y a en fait 35 km et forcément ça monte grave puisqu’il faut aller jusqu’à 4 500m. Les mecs nous proposent 40$ pour nous emmener, nous attendre et nous ramener. On est un peu embêtés car c’est beaucoup plus cher que prévu et on est sorti avec peu d’argent, mais il fait très beau et on arrive à négocier à 35$ donc go !

Arrivés au parking, on s’équipe car il fait bien froid. Le chauffeur, par ailleurs plutôt sympa, a l’air un peu dubitatif quand à notre capacité à monter au refuge à cette altitude avec Lilly sur le dos, mais il ne sait pas qu’on commence à avoir l’habitude !
Pour monter, deux possibilités : un zigzag en pente douce, ou un passage dans un « canyon », plus direct mais plus intense. Sur le conseil de notre chauffeur, on emprunte le zigzag, et on monte avec un rythme doux et régulier pour ne pas s’essouffler. Je suis étonnée car la montée se passe très facilement, on gère l’altitude sans aucun problème, et on avale les 350 m de dénivelé et quelques en 40 minutes à peine. On picnic dans le refuge puis on redescend en 10 minutes par le canyon.

Volcan Cotopaxi, Equateur Volcan Cotopaxi, Equateur

Bilan des courses côté portefeuille :

Total : 5$ de bus AR + 35$ pour la camionnette = 40$ à 2 alors que les agences prennent 30 à 40$/pers. pour faire la même chose.

Sans vraiment savoir pourquoi, je garde un superbe souvenir de l’ascension du Cotopaxi. Les couleurs grises et rouges de la terre, la neige étincelante, le sommet qui jouait à cache cache derrière les nuages… j’ai adoré ! Et après ces deux excursions dans la Cordillère équatorienne, nous remontons à Quito pour y prendre notre avion pour les Galapagos !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.