Colombie
comments 2

Cultiver l’art de ne rien faire à Jardin

Jardin, Antioquia, Colombie

Mon dernier article nous laissait à Salento, dans la région du Quindío, et prêts à partir pour Jardin (El Jardín en réalité), un beau petit village de la région d’Antioquia, perdu au milieu des collines verdoyantes.

Se rendre de Salento à Jardín, c’est tout une aventure ! Pas moins de 4 bus différents, pour une sacrée journée de trajet à travers les montagnes colombiennes. Je vous donne ici l’itinéraire que nous avons suivi, mais il y a d’autres options, le mieux étant souvent de suivre les indications des locaux.

Se rendre à Jardin :

Depuis Salento :

  • Bus Salento – Pereira : départ à 8h du matin du terminal de bus de Salento (on nous a conseillé de réserver la veille, et en effet le bus était déjà quasi plein à 7h45). Prix : 7 000 COP. Durée : 1h.
  • Bus Pereira – La Pintada : 3h, 29 000 COP (prix juste avant départ). C’est la compagnie Flota Occidental qui fait ce trajet, voir au guichet quelle est la meilleure option (car il est également possible d’aller jusqu’à Bolombolo) en fonction des horaires de départ.
  • Bus La Pintada – Peñalisa : 1h, négocié à 8 000 COP. Il n’y a pas de terminal à La Pintada, il faut demander aux locaux où prendre le bus suivant (c’est juste de l’autre côté de la rue).
  • Peñalisa – Jardin : le bus précédent nous a déposé en pleine cambrousse, au niveau d’un simili arrêt de bus, et nous a dit d’arrêter les bus allant en direction de Jardin. Les compagnies qui vont à Jardin sont notamment Rapido Ochoa et Andes Jardin. Andes Jardin : 1h15, 15 000 COP.

==> Au total : 4 bus, 8h de trajet en incluant les temps d’attente entre chaque bus.

Depuis Medellin

Plusieurs compagnies proposent des bus directs depuis Medellin en 4h de voyage.
Avec Andes Jardin : 4h, 25 000 COP.

Où se loger à Jardin

Nous avons atterri au Condor de los Andes, qu’on nous avait recommandé, et qui est effectivement un superbe hôtel où il fait bon se poser quelques jours. Ce n’est pas le plus économique mais nous n’avons pas regretté notre choix. Même si le village est moins touristique que Salento, il y a pas mal de possibilités de logement à Jardin, cependant les prix y sont plus élevés (min. 60 000 COP, la seule option à 40 000 ne nous faisait vraiment pas envie).

Hotel Condor de los Andres, Jardin, Antioquia Hotel Condor de los Andres, Jardin, AntioquiaPetit déjeuner colombien, avec la superbe vue sur la vallée !

Condor de los Andes : négocié à 75 000 COP la double avec sdb et petits déj, très beau patio à l’intérieur, qui offre une belle vue sur les collines, chambres confortables et plutôt spacieuses, cuisine. Bon petit déj typique.  (Adresse : calle 10 con carrera 2 – au bout de la calle 10).

Où manger à Jardin

Pour une fois, nous avons trouvé qu’il n’était pas facile de trouver des endroits où manger local et pas cher. Il y avait l’air d’avoir uniquement des cafés ! D’ailleurs de midi à 1h, on n’a vu personne qui mangeait, seulement des locaux attablés autour d’un café.

Zangano : (calle 9) menu ejecutivo à 10 000 COP, bon et joli. C’est là que nous sommes allés tous les jours du coup (les jus frais sont délicieux).

Jus frais en Colombie - Ou manger à Jardin, Antioquia

Dulces del Jardin : d’alléchantes pâtisseries, parfaites pour un goûter ou un dessert (le cinnamon rolls est vraiment très bon). Il y a 3 boutiques dans le village, 2 sur la place de la cathédrale et une un peu à l’extérieur (c’est la plus grande). Si vous voulez ramener quelques souvenirs, ils vendent plein de petits pots d’arequipe (le dulce de leche local), parfumés à la banane, au café, etc.

Ou manger à Jardin, Antioquia

Que faire à Jardín

En rédigeant l’article je me rends compte que nous n’avons vraiment rien fait de particulier, à part nous balader dans le village, prendre des cafés dans le jardin de l’hôtel et déguster des pâtisseries aux Dulces del Jardin… Je pense qu’on avait besoin d’une pause, et le lieu était parfait pour ça !

Cependant il y a de quoi faire, plusieurs petites balades sont accessibles depuis le village (mirador, cascade, oiseaux à observer…). Vous pouvez obtenir des informations et une carte auprès de l’Office du tourisme qui se trouve dans la rue qui remonte à gauche de la place quand on est face à la cathédrale. Pour toutes les autres activités qu’il pourrait être intéressant de faire dans le coin (visite de finca, promenade à cheval…), j’ai trouvé qu’il était beaucoup plus difficile qu’à Salento d’obtenir des informations, c’est aussi ce qui fait que nous n’avons rien planifié : votre hôtel peut vous organiser quelque chose, mais d’une part les prix sont beaucoup plus élevés qu’à Salento, et d’autre part nous préférons toujours être en direct avec les prestataires ou agences, pour pouvoir discuter et négocier.

Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie Jardin, Antioquia, Colombie

J’ai oublié de présenter Frida 2, notre chien pour une journée, baptisée ainsi en souvenir d’une gentille chienne qu’on avait vue aux Canaries !

Cette agréable pause nous a permis d’apprécier la tranquillité du village et la beauté des paysages alentours. En réfléchissant à notre itinéraire, nous nous étions demandé si visiter deux villages dans la région du café n’allait pas être un peu redondant, mais une fois sur place nous avons fait des choses très différentes (rando et visite d’une plantation de café à Salento, farniente à Jardin) et nous avons aussi trouvé que l’ambiance des deux villages n’avait rien à voir. N’hésitez donc pas à visiter les deux et à passer un peu de temps à ne rien faire à Jardin !

Après ces quelques jours reposants à Jardin, c’est vers Medellin que nous nous dirigeons. Au programme, street art, culture et découverte d’un chapitre particuièrement sombre de l’histoire colombienne !

Enregistrer

Enregistrer

2 Comments

  1. Narb says

    L’art du port du doudou sur soi en boléro (et non en T-shirt comme sa fonction première aurait pu le laisser supposer) est un concept certainement inspiré par le farniente local…
    Bises d’un Costaricien bronzé et un peu pelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.