Costa Rica, Nicaragua, Panama
Leave a comment

6 semaines en Amérique Centrale (Costa Rica, Nicaragua, Panama)

Bocas del Toro, Panama

Notre arrivée à San José en juillet dernier a marqué la fin de 6 mois en Amérique du Sud et le début de notre séjour en Amérique Centrale. Le Costa Rica était d’ailleurs le seul pays d’Amérique Centrale que nous avions prévu dans notre itinéraire, et nous pensions nous rendre directement aux États-Unis après cela… Mais vous vous doutez bien que si je vous en parle, ce n’est pas ce qui s’est passé !

La vérité, c’est que le Costa Rica ne nous a pas vraiment emballé (je vous explique pourquoi en fin de cet article) et qu’on a eu envie de profiter d’y être et d’avoir du temps avant notre vol pour les USA pour aller découvrir ses voisins : le sud du Nicaragua, renommé pour le surf, et l’archipel de Bocas del Toro au Panama, censé être un des meilleurs endroits des Caraïbes pour la plongée sous-marine. Du coup nous avons modifié nos plans pour intégrer une semaine au Nicaragua et une au Panama (tout en revenant au Costa Rica ensuite pour prendre notre vol pour Las Vegas).

Bocas del Toro, Panama
Bocas del Toro, Panama

Notre itinéraire en Amérique Centrale (6 semaines)

Je vous partage ici notre itinéraire, même s’il n’est pas du tout « optimisé » puisque nous n’avions pas prévu à la base d’aller au Nicaragua et au Panama.

  •  San José [Costa Rica]
  • Parque Nacional Marino Ballena [Costa Rica]
  • Parque Nacional Manuel Antonio [Costa Rica]
  • Reserva bosque nubloso Santa Elena, Monteverde [Costa Rica]
  • Peninsula Nicoya : Playa Coco, Tamarindo, Santa Teresa [Costa Rica]
  • San Juan del Sur, Playa Maderas [Nicaragua]
  • Isla Ometepe [Nicaragua]
  • Puerto Viejo de Talamanca [Costa Rica]
  • Bocas del Toro [Panama]
  • Santa Maria de Doha [Costa Rica]
  • San José [Costa Rica]

Parcourir le Costa Rica : voiture ou bus ?

Pour nos deux premières semaines au Costa Rica, nous étions 5 au lieu de 3, car les grands-parents de Lilly nous avaient rejoint.

Playa Grande, Costa Rica
Deux personnes de plus pour jouer avec elle, le rêve !

Après quelques hésitations, nous avons décidé de louer un 4×4 : c’était très pratique mais ça représentait un gros budget !
Si vous prévoyez de visiter le Costa Rica, vous vous demandez peut-être si c’est nécessaire de louer et quelles sont les alternatives.
Voilà mon avis sur la question :

  • Prendre le bus revient évidemment bien moins cher que de louer une voiture (ex : seulement 8€/pp pour aller de San José à Puerto Viejo de Talamanca). NB : les enfants payent le bus à partir de 3 ans.
    Mais…
  • … dans certaines régions comme sur la Péninsule de Nicoya, il n’y a tout simplement pas de bus locaux. Pour se déplacer sans voiture, il faut prendre des navettes privées qui sont beaucoup plus chères.
  • … la voiture offre une plus grande flexibilité et plus de confort (surtout à 5 avec plein de sacs et un enfant)
  • … sur un séjour court (2 semaines pour mes parents), avoir une voiture permet un vrai gain de temps.
  • Enfin, le fait d’avoir un véhicule offre plus de flexibilité sur le choix des logements, ce qui permet de réaliser des économies en prenant des hôtels qui ne sont pas situés en ville par exemple.

Conclusion

# Sans véhicule
On peut (à mon avis) tout à fait visiter le Costa Rica sans avoir de véhicule,
si on a du temps et si on est flexible sur ce que l’on veut faire (puisque certaines destinations sont plus difficilement accessibles). Pour cela on voyagera en bus, et pour certaines visites ou activités (ex : Tortuguero, volcan Arenal), la solution pourra être de partir avec un tour organisé pour simplifier l’organisation et le transport.

Astuce : beaucoup de voyageurs choisissent de rayonner depuis San José (de manière autonome ou avec des tours). De San José on accède facilement à Jaco, au parc Manuel Antonio, au volcan Arenal, à la zone de Monteverde, à Tortuguero, à Puerto Viejo, etc. Sans véhicule c’est probablement la solution la plus simple.

Bon à savoir pour les bus : il y a pas de gare routière centrale à San José, mais plusieurs terminaux dispersés dans la ville. En fonction de leur destination, les bus partent de l’un ou de l’autre. Renseignez-vous donc bien avant d’aller prendre un bus, et prenez aussi en compte qu’il n’y a pas de moyen pratique d’aller de l’un à l’autre, à part en taxi.

Louer un 4x4 au Costa Rica
Notre 4×4 après quelques jours sur les pistes

# Avec un véhicule
Pour des voyageurs qui ont peu de temps
et qui sont prêts à dépenser un certain budget pour gagner en flexibilité et en confort, la location de voiture est une bonne idée. Reste à voir si le 4×4 est vraiment nécessaire (je ne suis pas forcément convaincue).

Prix : pour vous donner un ordre d’idée, pour un 4×4 classe 5 (5 places + coffre assez large) avec GPS et siège bébé inclus, pour 15 jours, nous en avons eu pour 1080 $ (1230 $ avec le rachat de la franchise).

Louer un 4×4 au Costa Rica

On ne peut que vous conseiller de prendre contact avec Tout Costa Rica. Ils ne possèdent pas de véhicules mais ils vous mettent en relation avec un loueur et à part la remise des clés, tout se fait avec eux, et en français s’il vous plait ! Sachez qu’ils ont également des hôtels et qu’ils proposent une espèce de pass offrant des réductions sur de nombreuses attractions dans le pays.

Où l’on apprend pourquoi le GPS est important

Au risque de rallonger cet article qui promet déjà d’être inbuvable, une petite note importante si vous prévoyez de conduire au Costa Rica : prévoyez un bon GPS ! Nous utilisons normalement l’application maps.me qui permet de télécharger des cartes et de les utiliser en mode offline, mais le gros défaut de cette app est qu’elle calcule l’itinéraire le plus court en km (plutôt qu’en temps).

Or au Costa Rica, prendre le plus court chemin signifie souvent passer par une piste de terre, où on roule à 30 km/h, et éventuellement traversée de rivières bien boueuses. Après quelques trajets du genre, on s’est résolu à ne plus utiliser que le GPS de la voiture ou Google Maps, pour être sûrs de rouler sur des routes correctes !

Isla Tortuga, Costa Rica
Isla Tortuga, Costa Rica

*****

Notre itinéraire au Costa Rica

La première partie de notre séjour au Costa Rica a été assez différente de nos 6 premiers mois de voyage, car pour une fois nous étions en voiture et surtout… les grands-parents de Lilly nous ayant rejoint pour 2 semaines, nous étions 5 au lieu de 3 ! Un chouette changement de rythme !

# San José

Résumé en un mot : c’est moche !
En réalité ce n’est pas pire que beaucoup de grandes villes, mais il faut bien avouer que pour une capitale ça ne fait pas rêver. Il y énormément de chaînes de restauration rapide, et je vous promet qu’après 6 mois en Amérique du Sud ça fait un sacré choc.

Où dormir à San José

Le Costa Rica Backpackers est une des auberges de jeunesse les plus connues de la ville, avec des tarifs plutôt corrects. Salle de bain partagée, cuisine, piscine, petit déjeuner offert pour les chambres privées. Attention cependant, certains dortoirs et certaines chambres privées sont au sous-sol et ne reçoivent aucune lumière naturelle. Déconseillé aux claustrophobes !

Au passage, un petit clin d’œil à Camille et Pauline, 2 chouettes nanas que nous avons rencontrées là-bas et qui nous ont donné de bons conseils sur le Costa Rica !

# Marino Ballena, Manuel Antonio, Reserva Santa Elena

# Peninsula Nicoya

Article à venir

# Nicaragua

De la péninsule de Nicoya, on n’est pas très loin du Nicaragua. On a profité d’y être pour prendre une navette privée jusqu’à la frontière (pas de bus) pendant que mes parents repartaient avec le 4×4 vers San José prendre leur vol retour.

Article à venir

# Puerto Viejo (de Talamanca)

A ne pas confondre avec l’autre ville du même nom, Puerto Viejo de Sarapiqui qui se trouve au Nord-Est. Puerto Viejo c’est les Caraïbes, la plage, la chaleur, la vie cool. Et aussi un bon point d’accès vers l’archipel de Bocas del Toro au Panama !

Article à venir

# Bocas del Toro, Panama

Article à venir

# Santa Maria de Doha & alentours : quelques jours à la ferme

Notre séjour au Costa Rica s’est conclu en beauté, par quelques jours dans un paradis verdoyant, chez la tante de Fabien qui vit au Costa Rica depuis des années. Un séjour beaucoup trop court à notre goût, le paysage était superbe et nous avons été accueillis comme des rois !

Dans la campagne costaricienne Dans la campagne costaricienne

*****

Pura Vida (ou pas)
– Pourquoi on n’a pas adoré le Costa Rica –

Notre avis sur le Costa Rica
Tête de pas content

Le Costa Rica est un pays qui est touristique depuis longtemps, comparé à ses voisins d’Amérique Latine. Son nom évoque un paradis d’animaux sauvages, des forêts verdoyantes, des plages encore sauvages. Certains en reviennent ravis et éblouis, mais de plus en plus de voyageurs déplorent le coût de la vie élevé et la perte d’authenticité due à une trop grande fréquentation touristique. Avec Fab nous sommes un peu entre le deux et j’ai tenu à l’expliquer ici parce notre appréciation a évidemment eu un impact sur la manière dont nous avons visité le pays (par exemple en nous poussant à aller voir si l’eau était plus bleue au Nicaragua et au Panama) et sur le récit que je vais vous en faire.

# Le coût des attractions nous a semblé très élevé (plus que le coût de la vie -nourriture, hôtels, transports locaux- qui lui est plutôt correct), surtout par rapport aux pays que nous venions de traverser. Et malheureusement c’est difficile de profiter à fond des visites quand on a systématiquement l’impression de payer trop cher (je pense au prix des parcs nationaux notamment : payer 15$ pour 3h de randonnée dans un parc me semble excessif).*

* J’insiste sur le fait qu’il s’agit d’une perception personnelle, je ne prétends pas que les prix soient disproportionnés (après tout on paie bien 15€ pour visiter la Sagrada Familia, alors pourquoi pas 15$ pour un parc national).

# Le manque de personnalité : dans tous les pays que nous avons visité avant, la dimension historique et culturelle est toujours très présente. On pense au Pérou, à la Bolivie, à la Colombie… Au Costa Rica en revanche, je ne doute pas qu’il y ait plein de choses à savoir sur la culture Tica, et une histoire intéressante (c’est après tout le premier pays à avoir renoncé à son armée et mis la priorité sur l’éducation, la santé et l’environnement !), mais cette partie historico-culturelle transparaît assez peu. On a eu l’impression d’être dans un pays aseptisé par le tourisme et on n’a pas vraiment accroché, malgré des paysages en soi très beaux.

# Moins de nouveauté : il faut aussi le dire, car cet aspect joue forcément dans notre appréciation : rien de ce qu’on a vu au Costa Rica ne nous a semblé vraiment nouveau, par rapport à nos 6 mois précédents en Amérique Latine.

# Et pour ne rien arranger, on n’y était pas au meilleur moment côté météo ! 🙁

Conclusion

Je ne dirais pas qu’on n’a pas aimé le Costa Rica, car c’est loin d’être vrai. On a vu de très beaux paysages, on a plongé, fait du snorkelling, vu des baleines et plein de singes… on a très bien mangé à certains endroits, on a passé 2 semaines à plusieurs qui nous ont fait le plus grand bien. Mais si l’on parle du pays, c’est juste qu’on l’a moins aimé que d’autres qu’on avait vu avant.

Santa Teresa, Malpais, Costa Rica Un capucin dans le Parc National Manuel Antonio Plongée dans la baie de Playa Coco, Costa Rica
On n’a quand même pas l’air trop malheureux, non ?

Si vous partez au Costa Rica prochainement : ne laissez pas cet article vous refroidir ! Ce feeling est tout à fait personnel, puisqu’il est provoqué en grande partie par la comparaison avec les autres pays qu’on venait de parcourir. Si vous venez juste pour quelques jours ou semaines de vacances, vous serez évidemment dans des conditions très différentes. Prenez juste en compte que c’est un pays assez cher et touristique, qui n’offre pas le même dépaysement que d’autres pays moins populaires (ou qui sont populaires depuis moins longtemps).

Connaissez-vous le Costa Rica ? Que pensez-vous de ce pays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.