Etats-Unis, Préparer son voyage
comments 3

Camper aux USA #1 | Conseils & bonnes adresses

Lorsque nous avons atterri aux États-Unis, nous n’avions pas de plan précis : nous avions en tête un itinéraire plus ou moins défini, mais le « comment » restait assez vague. Dormir à l’hôtel, louer un van aménagé, camper ? Il faut dire qu’après 7 mois en Amérique du Sud, nous avions envie de pouvoir continuer à improviser, ne pas être obligés de tout planifier à l’avance. Après un peu de réflexion, nous avons opté pour le camping en tente, qui nous convenait en terme de budget tout en nous permettant de rester flexibles et de faire notre itinéraire au fur et à mesure.

Pourquoi camper aux Etats-Unis ?

Les Etats-Unis sont le pays des roadtrips mais aussi du camping ! C’est une expérience assez différente de ce qu’on connait en France.

  • Comparé aux hôtels et motels, c’est la solution la plus économique. Déjà parce que la nuit en elle-même coûte moins cher, et en plus parce qu’on a la possibilité de cuisiner donc on économise sur les repas.
  • On peut être dans la nature, faire des feux de bois, se lever avec le soleil… Entre une chambre de motel aux murs défraîchis et une clairière ensoleillée dans les bois, je n’hésite pas longtemps !
  • En plus de ça, camper permet d’être dans les parcs nationaux dès le matin et donc de gagner du temps pour randonner et découvrir.

Camper autour de Salt Lake City

Camper aux USA : les options

# En RV (Recreational Vehicules = camping-cars ou caravanes).

C’est une solution très prisée des Américains, qui ont l’air d’être nombreux à posséder un RV et à l’utiliser pour leurs vacances.
Avantages : confort (au sec, avec électricité, frigo, douche et WC), très appréciable quand on voyage avec des enfants par exemple ; possibilité de dormir gratuitement sur certains parkings de supermarchés ; pas grand chose à installer/ranger quand on change de lieu.
Inconvénients : c’est gros (voire énorme) à conduire et à garer ; les emplacements dans les campings sont nettement plus chers que les emplacements pour tentes ; la location du RV en elle-même est chère, et le véhicule consomme beaucoup d’essence ; ce n’est pas pratique pour les visites (la majorité des gens qu’on voyait en RV trainaient derrière eux une voiture pour pouvoir faire les visites, car dans les parcs en plein été, c’est juste impossible -voire interdit- de se garer sur les aires de parking avec un camping-car).

[A LIRE] Ils l’ont fait en RV : Audrey (Talons Hauts et Petits Pots)

# En van aménagé

L’offre de vans aménagés est encore faible par rapport aux RV mais plusieurs prestataires le proposent : Jucy, Escape Campervan, Wicked Campers. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette option n’est pas réservée aux couples : la plupart proposent jusqu’à 4 couchages grâce à une partie dépliable sur le toit.
Avantage :  protection contre la pluie ; généralement un petit frigo ; dans les campings ça correspond à un emplacement « tente » donc beaucoup moins cher qu’un RV et on peut envisager de dormir gratuitement sur des parkings là où c’est autorisé ; pas grand chose à installer/ranger quand on change de lieu.
Inconvénient : le prix de la location reste élevé* (mais peut être compensé si vous arrivez à camper dans des endroits gratuits) ; pas beaucoup d’espace à l’intérieur pour ranger les bagages quand on est plus de 2 ; il faut quand même cuisiner à l’extérieur. A part ça, c’est une solution que j’aurais beaucoup aimé essayer.
*Pour 3 semaines en août-septembre, les prix que nous proposaient les 3 agences ne descendaient pas en dessous de 3500$. Cependant les prix hors saison semblent être beaucoup plus sympas.

[A LIRE] Ils l’ont fait en van aménagé : Juliette (Je ne sais pas choisir), Fanny (Baby meets the world)

# En tente

La tente est l’option qui me semble la plus économique, même s’il ne faut pas oublier dans les calculs qu’il faut quand même louer une voiture pour se déplacer et payer les emplacements de camping. N’ayant pas de matériel de camping, nous avons dû tout acheter sur place mais même ainsi ça restait l’option la plus économique, car l’investissement a été complètement remboursé par les économies qu’on a réalisées en choisissant cette option.
Avantage : le prix par rapport aux hôtels/motels et par rapport aux 2 autres options décrites ci-dessus, la flexibilité (il y a des campings partout, même dans les grandes villes), la proximité avec la nature (dormir sous les étoiles !) et le côté aventure.
Inconvénient : confort limité, expérience peu agréable si le temps est mauvais, obligation de monter/démonter la tente à chaque fois qu’on se déplace, pas de frigo. Limité dans le temps par la météo (difficile de camper hors saison).

[A VENIR] Camper aux USA #2 : matériel & budget

Camper aux Etats-Unis

Où peut-on camper aux Etats-Unis ?

On ne peut pas camper n’importe où aux Etats-Unis, mais les options sont nombreuses. Dans les campings (campgrounds), les emplacements sont généralement constitués d’un espace pour garer sa voiture, d’un espace pour la tente, d’une table de picnic et d’un fire pit pour faire de jolis feux de bois ! Les campings « civilisés » sont généralement équipés du wifi et offrent parfois des points d’eau et des prises électriques sur chaque emplacement, mais pour les campings plus « natures », on se contente d’un point d’eau commun et de toilettes sèches !

Pour des informations plus détaillées sur les options de camping aux Etats-Unis, je vous invite à lire ce très bon article du Blog de Mathilde.

# Campings des parcs nationaux, forêts nationales, etc.

Généralement pas très chers, et souvent assez sommaires. Certains permettent les réservations (et sont complets plusieurs mois à l’avance), d’autres fonctionnent sur le principe du premier arrivé premier servi (first come first serve).

# Campings privés

On trouve de tout, du plus basique au plus confortable.
Nous avons passé plusieurs nuits dans les campings de la chaîne KOA, qu’on trouve un peu partout aux USA. Ils sont confortables, réservables via internet, et c’est un bon moyen d’avoir accès à quelques services bien utiles : douches chaudes, électricité pour recharger les appareils, wifi pour planifier l’itinéraire, laverie. Bon point supplémentaire : il y a généralement des jeux pour enfants et une piscine. Les KOA des grandes villes n’étaient pas très agréables (des centaines d’emplacements, peu d’espace) mais ceux des petites villes sont souvent de petite taille et beaucoup plus sympathiques.

# Camping sauvage (backcountry camping)

Autorisé dans certains parcs nationaux et sous réserve d’avoir obtenu préalablement un permis auprès des rangers.

# Emplacements gratuits (villes, périphéries, bord de route…)

Les RV et vans peuvent aussi envisager de s’arrêter gratuitement dans des endroits où cette pratique est tolérée, comme par exemple sur les parkings de certains supermarchés. Des apps et sites internet recensent les endroits où c’est autorisé.

Important :
– Bon nombre de campings ne sont pas ouverts toute l’année, en raison de la météo ou pour offrir une période de calme aux animaux des parcs. La saison va généralement de mai à septembre. Si vous voyagez en dehors de cette période, renseignez-vous en amont !
– Par ailleurs, même en été il peut faire très froid dans certains parcs situés en altitude ou au nord des Etats-Unis. A Yellowstone par exemple, nous avions des températures négatives la nuit alors qu’il faisait 30°C dans la journée !

Emplacement équipé d'un feu de camp

Conseils en vrac

# Manger pas cher
Walmart est votre ami ! On y trouve des sandwichs énormes, des salades ou encore des pizzas pour quelques dollars. Si vous ne pouvez pas cuisiner, c’est l’option la plus économique et pas forcément la pire au niveau nutritionnel… Sinon il y a bien sûr les fast foods mais c’est vite une dizaine de dollars par personne, quand aux restos, en plus du prix plus élevé, il faut ajouter les taxes et le tip (15 à 20%). Conclusion : cuisinez, faites des sandwichs ou mangez chez Walmart !

# Feux de bois
Le bois est très cher dans les campings (7-8$ le bundle), mieux vaut l’acheter à l’extérieur lorsque vous en avez la possibilité. Et n’en achetez pas trop ! On en a souvent récupéré sur place (bûches laissées ou offertes par des voisins de camping), et on peut parfois ramasser du bois mort dans les parcs (à Yellowstone notamment). Par ailleurs en haute saison les fire bans (interdiction de faire du feu) sont fréquents à cause du risque d’incendie.

# Glace
Les Américains ne connaissent pas les pains de glace qu’on met au congélateur. Pour leurs glacières, ils achètent des paquets de glaçons qui se vendent un peu partout, à 2 ou 3$ l’unité, ce qui représente vite un gros budget ! Comme nous étions obligé d’avoir du lait pour Lilly (vendu uniquement en frais), nous avons pris une toute petite glacière et on la remplissait en général gratuitement dans les stations services ou les fast foods, en demandant gentiment.

Camping inoubiable sur Antelope Island

Nos bonnes adresses de camping

***** ARIZONA *****

# Page / Lake Powell

Wahweap Campground : 26$ taxe incluse pour un emplacement tente. Réservation possible. Le campground est plutôt chouette et assez tranquille, situé sur la rive du lac Powell.
NB : le campground se trouve dans Glen Canyon National Recreation Area, dont l’entrée est payante si vous n’avez pas le pass « America the Beautiful« .

***** UTAH *****

# Panguitch (35 min de Bryce Canyon)

Panguitch KOA : 30$ taxe incluse pour un emplacement tente. Les KOA ne sont pas toujours agréables, mais celui-ci est de petite taille et tranquille. Wifi, prises électriques, douches, situé à proximité d’un petit supermarché. Distance Bryce Canyon : 35-40 min.

# Salt Lake City et alentours

Salt Lake City

Le KOA n’a aucun charme et est bruyant, mais reste intéressant car bien moins cher qu’un motel.

Antelope Island State Park

Il y a seulement 52 emplacements sur l’île, ce qui assure une certaine tranquillité ! Tous sont primitifs (pas d’eau ni d’électricité, pit toilets) mais un point d’eau potable avec douches payantes est disponible à Bridger Bay Beach.
Les réservations doivent être faites au moins 2 jours à l’avance. La veille et le jour même c’est le principe du premier arrivé-premier servi qui s’applique. Les réservations sont fortement conseillées le weekend.
Prix : 15$ taxe incluse (comprenant l’entrée dans le parc, qui vaut elle-même 10$)
Site web : Antelope Island State Park / campgrounds.
NB : Il y a un Walmart juste avant l’entrée de l’île pour se ravitailler.

Albion Basin Campground

Probablement le plus chouette campground qu’on ait fait ! Altitude : 2900 m. Ouvert seulement en été (dates sur le site www.recreation.gov). Les réservations doivent être faites au moins 4 jours à l’avance, sinon c’est le principe du premier arrivé-premier servi qui s’applique. Points d’eau, pit toilets, pas d’électricité. Plusieurs départs de balade à proximité. Prix : 21$ taxe incluse pour un emplacement tente.

***** WYOMING *****

A Grand Teton et Yellowstone, je vous conseille de réfléchir à l’avance à ce que vous souhaitez faire et voir et de choisir vos campgrounds en fonction. En effet, les distances sont grandes à l’intérieur du parc, et on perd beaucoup de temps à aller d’un point à l’autre. Pour choisir, prenez également en compte la localisation des services : douches, laverie, superette… car il n’y en a pas de partout.

A Grand Teton nous avons apprécié le campground Colter Bay à côté du lac Jackson (réservable) et à Yellowstone le Norris Campground (first come first serve).

***** WASHINGTON *****

# Bay Center

Bay Center/Willapa Bay KOA : 35$ taxe incluse pour un emplacement tente avec électricité. Camping agréable et tranquille. Comme tous les KOA : wifi, électricité, douches chaudes. Prendre un petit déj pantagruélique au Dock of the Bay juste à côté.

A lire aussi

> An American Roadtrip : les Etats-Unis en camping
> Camper aux USA #2 : Matériel & budget
> Parcs américains : meilleurs moments & conseils

3 Comments

  1. manu says

    Ca donne envie de partir! On aurait du essayer le camping quand on a fait le tour tous ensemble, ça aurait pu être sympa et encore plus l’aventure!

    avez vous vu des bêtes sauvages? La recommandation de mettre la nourriture à l’extérieur est elle toujours en vigueur? Bises

    • unefilledavril says

      Oui, ca aurait pu être très sympa ! La réglementation pour les ours est toujours là, et très stricte (plus pour protéger les ours que les humains au final). On n’a vu qu’un ours de loin, par contre on a vu un élan, des wapitis, des coyotes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.