Bilan par pays, Colombie
Leave a comment

[Bilan] Colombie : budget, conseils et coups de coeur

Il est impossible de définir un pays qu’on a « préféré » dans notre voyage de 9 mois… mais il faut bien avouer que la Colombie occupe une place privilégiée dans nos souvenirs. Pourquoi ? Je ne saurais même pas l’expliquer concrètement. Il y a, en vrac, l’histoire passionnante et révoltante du pays, la nature luxuriante de l’Eje Cafetero, le parfum des mangues, la chaleur écrasante de la côte caribéenne, les gens tellement accueillants, les couleurs de Cartagena, les palmiers géant de Cocora, et bien plus encore… Je vous raconte tout ça ?

*****

Où, quand, quoi, comment ?

Nous avons passé un peu moins de 6 semaines en Colombie. Nous sommes arrivés par voie terrestre via l’Equateur (avec un trajet Quito-Bogota qui a duré 28h, le plus long trajet de notre voyage !). Nous sommes repartis de l’île de San Andrés en avion, à destination du Costa Rica. Nous y étions en juin et juillet 2017, ce qui correspond à saison humide, (pas le mieux, mais pas une période défavorable pour autant, et d’ailleurs le climat varie beaucoup d’une région à l’autre). A l’époque, le taux de conversion était d’environ 1€ = 3 325 COP (pesos colombiens).

Nos étapes

Cliquez pour lire l’article correspondant
> Passage de frontière Equateur – Colombie et quelques jours à Bogota
> Un petit café ? Direction l’Eje Cafetero : Salento et la vallée de Cocora
> Cultiver l’art de ne rien faire à Jardin
> Street art & un peu d’histoire à Medellin
> La Colombie côté Caraïbes : Taganga, Minca & le parc Tayrona
> [Zoom] Découvrir le parc Tayrona
> Cartagena de Indias, la Perla del Caribe
> Une semaine de plongée à San Andrés Island

*****

Colombie - Bilan pratique

Malgré sa réputation de pays dangereux, la Colombie attire de plus en plus en plus les visiteurs. Heureusement le pays est encore préservé du tourisme de masse, même si nous avons vu beaucoup de touristes locaux (des Colombiens qui partent à la découverte de leur propre pays), notamment à Salento, Cartagena et Taganga. La Colombie offre de nombreux climats et des environnements très différents : plages caribéennes, désert aride, montagnes, forêts tropicales… Des bus permettent de se rendre partout mais la sécurité routière est assez limitée et les routes ne sont pas des plus agréables ! Enfin les Colombiens sont très aimables et serviables. Un peu trop parfois ! On a plusieurs fois eu le sentiment qu’ils préféraient nous donner des informations peu fiables plutôt que de nous avouer qu’ils ne pouvaient pas nous renseigner !

# Repas

Même si au final tout était très simple, j’ai en tête l’idée qu’on a plutôt bien mangé en Colombie. Nous n’avons pas fait de folies pourtant, comme en Equateur c’était Menu del dia tous les jours, mais il faut croire que les produits étaient bons ! Et il n’y a pas dire, une assiette de riz dans laquelle on a rajouté une banane rôtie et un œuf frit, ça a tout de suite plus de charme ! Les menus sont généralement accompagnés d’un jus de fruit frais (goyave, mangue, papaye, guanabana, etc.), probablement bourré de sucre mais délicieux. Et les petits déj ! Bien copieux, ils incluent en général du riz (forcément), des œufs brouillés, du fromage frais, un pandebono (petit pain au fromage) et un bon chocolat chaud. Enfin je garde un souvenir délicieux d’une arepa de huevo frito achetée à un vendeur ambulant lors d’un long trajet de bus. Les doigts bien gras après ça, mais qu’est-ce que c’était bon !

# Logements

Comme dans beaucoup d’autre pays, on a privilégié les auberges de jeunesse ou hôtels avec cuisine, qui offrent un bon rapport qualité/prix et nous permettent d’économiser un peu sur les repas (et de varier, pour éviter de manger du riz-frijoles-poulet à tous les repas). Il y avait toujours pas mal de choix mais les prix étaient généralement un peu plus élevés que ce qu’on aurait aimé payé, notamment à Bogotá et Medellín où il a été difficile de trouver un bon prix dans les quartiers qu’on voulait. En Colombie nous n’avons jamais réservé à l’avance, nous faisions le tour des hôtels pour trouver quelque chose qui nous plaisait et négocier les prix.

# Transports

Le plus souvent, on prenait nos billets directement dans le bus, sans réserver à l’avance. Le confort n’est généralement pas terrible, et les routes de montagne ne sont pas rassurantes. Personnellement, pour Lilly et moi qui avons facilement mal au cœur, c’était parfois un peu difficile (même si ça ne nous a pas empêché de parcourir des kilomètres et des kilomètres). Beaucoup de ces routes traversent la montagne, c’est pourquoi les trajets d’un point à un autre sont souvent assez longs. En plus de ça, les Colombiens conduisent assez mal (sans faire de généralités, mais on l’a observé à plusieurs reprises).

Comme en Bolivie ou en Équateur, il est facile d’acheter à manger dans le bus, qui ne fait pas forcément de pause sur les longs trajets. Attention, ça veut dire qu’il y a tout le temps des gens qui montent et descendent du bus, donc par précautions, gardez un œil sur vos affaires.

Quelques distances :
– Frontière (Ipiales) – Bogotá : 19h
– Bogotá – Salento : environ 8h, avec 2 bus différents
– Salento – Jardin : environ 8h de trajet, avec 3 ou 4 bus différents
– Jardin – Medellín : 4h
– Medellín – Santa Marta : 17h
– Santa Marta – Taganga : 15 minutes en taxi
– Cartagena – San Andrés en avion : environ 1h30

# Budget

Pour nous 3 (2 adultes et 1 enfant), nous avons dépensé 3 860€ pour 39 jours soit environ 33€ par jour et par personne (en comptant Lilly comme une personne à part entière). C’est plutôt élevé pour la Colombie mais ce budget inclus en réalité 1 300€ d’avion (pour aller de Cartagena à San Andrés puis de San Andrés au Costa Rica). Hors avion, on est à moins de 22€ par personne, ce qui est beaucoup en accord avec le coût de la vie sur place.

*****

Ce qu’on a préféré

  • Cartagena, une ville absolument magnifique, dont l’ambiance tranquille et chaleureuse nous a beaucoup plu.  On a aimé se balader dans ses rues colorées à la recherche de ses fresques de street art, se gaver de fruits frais, explorer la ville à vélo, etc.
  • Passer notre diplôme de plongée à San Andrés : les conditions étaient vraiment idéales pour passer le PADI, je vous renvoie d’ailleurs à cet article pour en savoir plus.
  • Salento et la vallée de Cocora : le village est très touristique, mais j’ai adoré. Les maisons blanches aux portes et fenêtres colorées sont superbes, et même s’il y avait du monde, c’était principalement des touristes colombiens en vadrouille pour le weekend, du coup ça ne m’a pas dérangée. Mais ce que j’ai préféré évidemment, c’est la vallée de Cocora avec ses magnifiques palmiers de cire, et la randonnée incroyable qu’on a fait là-bas. Malgré la météo pas top, c’est un superbe souvenir et une randonnée incontournable si vous aimez marcher.
  • Dans le même style que Salento mais moins connu et plus tranquille, Jardin nous a aussi beaucoup plu. On y a passé quelques journées tranquilles, à ne pas faire grand-chose !
  • Découvrir l’histoire passionnante du pays via la visite de la Comuna 13 avec des jeunes du quartier à Medellín, et grâce à notre guide « Jungle Joe » à Minca.
  • L’agua de panela con queso, les copieux petits-déjeuners colombiens, les ananas et tous les fruits mûrs à souhait !

On a moins aimé :

  • Les longs trajets en bus sur des petites routes sinueuses, par exemple pour aller de Bogotá à Salento ou de Salento à Jardin.
  • Les plages à Taganga : une véritable déception, alors que l’endroit est pourtant prisé des touristes colombiens. Des déchets et du plastique de partout, autant sur les plages et sur les sentiers que dans les vagues, une véritable horreur.
  • La météo pluvieuse et la grève des transports à Bogotá, qui nous ont un peu bloqués pendant nos quelques jours dans la capitale.
  • La tempête/inondation à San Andrés, qui a bien failli nous bloquer sur l’île et nous faire louper notre avion pour le Costa Rica !

*****

# Argent

  • Ne pas hésiter à comparer et négocier le prix des hôtels et des activités.

# Transports

  • On va de partout en bus. Pas besoin de réserver, on peut acheter juste avant le départ sans problème. Notez aussi qu’on vous conseille de ne jamais acheter les billets de bus en ligne, car il n’y a pas tout et les prix sont moins intéressants. En Amérique Latine, la meilleure option est toujours d’acheter son billet une fois sur place (à la gare ou à un guichet en ville s’il y a), en comparant les prix et les horaires des différentes compagnies.
  • Nous avons rarement acheté un billet pour Lilly, en général il y avait des places vides, au moins sur une partie du trajet, et sinon on la prenait sur nos genoux.
  • Sur San Andrés, on a trouvé la question des transports un peu compliquée. Il y a des bus locaux mais notre expérience à ce sujet est assez négative (extrêmement lent, blindé, peu pratique). On peut facilement louer un voiturette de golf ou un scooter, mais sur un séjour entier ça représente vite un gros budget. En ce qui nous concerne on a loué une voiture de golf un jour pour faire le tour de l’île, et pour les autres jours on avait convenu avec notre instructeur de plongée qu’il vienne nous chercher et nous ramènerait à notre hôtel.
  • A Bogotá et à Medellín il y a un bon réseau de transports en commun, qu’il ne faut pas hésiter à utiliser.

# Logements

  • Ne réservez pas à l’avance (sauf si vous anticipez des difficultés, comme une arrivée tardive, ou un jour de fête), faites le tour des hôtels et auberges de jeunesse une fois sur place.
  • Une éventuelle exception : les îles car les logements y sont généralement plus limités ou plus chers. Sur San Andrés, il y avait du choix mais les distances sont grandes si on ne veut pas loger en plein cœur de la ville du même nom. Mieux vaut repérer quelques options pas trop éloignées les uns des autres, voire réserver si vous trouvez quelque chose d’intéressant.

*****

  • Si c’était à refaire, je pense tout simplement qu’on passera plus de temps en Colombie, pour explorer les endroits qu’on a dû éliminer de notre itinéraire : Villa de Leyva et Barichara, San Gil, le désert de Tatacoa, un peu plus de temps à Minca aussi, etc.
  • Faire de la plongée à San Andrés était très chouette mais on n’a pas vraiment eu de coup de cœur pour l’île en elle-même. Peut-être qu’il y a d’autres îles plus sympas à explorer ? L’archipel du Rosaire, très beau, est malheureusement très touristique à ma connaissance, mais l’île de Múcura dans l’archipel San Bernardo a l’air incroyable.
  • On essayerait sûrement d’inclure une semaine ou deux de woofing ou équivalent, pour vivre un peu plus longtemps sur place.

*****

# La Colombie est-elle un pays dangereux ? Y a-t-il des endroits à éviter ?

Il y a quelques années, la Colombie était encore un pays assez dangereux. Aujourd’hui les choses ont radicalement changé grâce à une volonté combinée du gouvernement et de la population de mettre fin à la violence. Certaines zones restent plus sensibles que d’autres, notamment la frontière avec le Venezuela, mais globalement vous pouvez vous rendre sans crainte dans tous les endroits qui sont un minimum touristique, en respectant les mêmes précautions que partout ailleurs en Amérique Latine. Les plus gros dangers en Colombie : la route (on a vraiment vu beaucoup plus d’accidents que dans les autres pays) et se prendre une mangue/noix de coco sur la tête.

# Vous avez dû boire du trop bon café !

Et bien non, pas tant que ça… car le bon café est exporté, principalement vers l’Europe ! En Colombie on boit plutôt ce qu’il reste, c’est-à-dire le café de qualité inférieure (d’ailleurs si ma mémoire est bonne, les Colombiens ne boivent pas énormément de café). Rassurez-vous, vous pourrez quand même goûter du très bon café si vous visitez une plantation, comme à Salento, et en ramener dans vos valises !

# Est-ce que le parc Tayrona vaut vraiment le coup ?

Honnêtement mon avis est assez partagé… le parc, avec ses plages de sable doré, était vraiment beau mais pourtant je n’en garde pas un souvenir exceptionnel. Il y a beaucoup de monde, les prix pour y manger et y dormir sont excessivement élevés, plusieurs des plages ne sont pas adaptées pour la baignade… et pourtant c’était chouette de randonner et de camper là-bas ! Je vous invite dans tous les cas à lire mon article sur le parc pour voir comment organiser au mieux votre visite.

# Chocolat chaud et fromage ? Ils sont fous ces Colombiens !

Oui oui, le chocolat chaud (ou l’agua de panela) accompagné d’une tranche de fromage frais est une spécialité de l’Eje Cafetero. Et honnêtement… ça passe plutôt bien !

*****

La Colombie, c’est un pays dans lequel je retournerais sans aucune hésitation. Pour revoir certains de ces endroits, et pour découvrir ceux que nous avons dû laisser de côté. Que ce soit les paysages, les gens, la nourriture, la musique omniprésente… toutes les facettes de ce pays m’ont émerveillée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.