Pérou
comments 5

Le canyon de Colca en autonome via Llahuar et Sangalle

Canyon de Colca, Pérou

Comme je vous le racontais ici, nous avons finalement décidé de faire le Canyon de Colca sans agence. Si ça vous intéresse, sachez que pour organiser ce trek par soi-même, il est important de se renseigner en amont sur les distances à parcourir (rendre visite au bureau iPeru sur la Plaza de Armas de Arequipa) et de s’équiper correctement. A part ça, le trek en lui-même n’est pas difficile à organiser.

Pour nous, la difficulté était surtout physique : comme lorsque nous avons randonné en Bolivie, l’un de nous porte Lilly (12 kg) et l’autre doit donc porter tout le reste (environ 17 kg pour Fabien, vu la quantité d’eau qu’il fallait emporter).

Voici le récit de notre trek (et de comment on a réussi à ne pas payer le boleto turistico*) !

Jour 1 : Arequipa – Cabanaconde

Nous partons d’Arequipa en bus à 11h, ce qui nous permet de nous lever tranquillement et de profiter du petit déj de l’hôtel (en pensant bien à ceux qui partent avec une agence, qui doivent décoller à 3h du mat le premier jour !). Nous avons laissé le plus gros de nos affaires à l’hôtel et nous n’emportons avec nous qu’un sac avec quelques rechanges et surtout de l’eau et des snacks (qui sont hors de prix dans le canyon). Ce n’est qu’une fois dans le bus qu’on se rend compte qu’on a oublié nos maillots. Sachant qu’il y a des sources chaudes et des piscines qui nous attendent, c’est ballot !

6h de bus plus tard, on arrive à Cabanaconde. Immédiatement la dame qui vend le boleto turistico (pour l’entrée dans le parc) nous saute dessus mais on lui dit qu’on le prendra plus tard, une fois qu’on aura trouvé un hôtel. Une volontaire de l’hôtel Villa Pastor nous propose une chambre à un prix correct (avec wifi !), on prend donc nos marques pour la nuit.

INFOS PRATIQUES
Bus Arequipa – Cabanaconde : 17 soles/pers – 6h de trajet environ.
Hôtel Villa Pastor à Cabanconde : sur la place principale, là où s’arrête le bus. 40 soles pour une chambre double avec salle de bain privée.
Canyon de Colca, Pérou

Le plan du canyon dessiné sur un des murs de notre hôtel.

Jour 2 : Cabanaconde – Llahuar

Sur le conseil de notre hôtelier, nous partons un peu avant 7h (notre instinct nous poussait à partir plutôt vers 6h et c’est ce qu’on aurait dû faire, on aurait eu moins chaud).

Nous traversons rapidement le village pour éviter de croiser la dame du boleto, et nous voilà partis en direction de Llahuar, au fond du canyon. Nous en avons a priori pour 5h de rando, avec pas mal de descente et un peu de plat. Nous mettrons au final 4h30 : le chemin commence par 1h30 de descente assez intense, suivi d’un peu de plat puis à nouveau une grosse descente qui casse les genoux pour arriver tout en bas jusqu’à la rivière. Une petite remontée nous attend encore (pas très longue, mais dure à ce stade de la compétition), et enfin une dernière descente jusqu’au lodge où nous sommes bien contents d’arriver !

Le chemin ce premier jour est magnifique, la végétation est très belle, pleine de couleurs, et des dizaines de papillons jaunes et oranges nous entourent. Sur la montagne en face de nous on aperçoit une longue route toute droite (celle qui nous attend le lendemain), elle est pas mal en hauteur et laisse présager qu’il va falloir bien remonter. Sur le chemin nous sommes complètement seuls, c’est génial ! Nous ne voyons personne à part Jérôme, un Français croisé la veille dans le bus, qu’on croise à plusieurs reprises. Le soleil tape dur et il fait vite très chaud, ce qui nous conforte dans l’idée de partir très tôt le lendemain matin.

Canyon de Colca, Pérou Canyon de Colca, Pérou Canyon de Colca, Pérou Canyon de Colca, PérouCanyon de Colca, Pérou

Nous arrivons donc à Llahuar Lodge, le seul endroit habité de ce coin du canyon. J’étais persuadée qu’il y avait un mini village à Llahuar mais en fait non, il n’y a vraiment que le lodge. Bonne surprise, il y a des sources chaudes dans le lodge (incluses dans le prix). Nous profitons qu’il n’y ait pas grand monde pour aller y faire trempette (en petite tenue du coup), en attendant le repas. Un délice pour nos muscles tout fatigués ! Le reste de la journée se passe en sieste et discussions avec d’autres randonneurs qui dorment également au lodge. Tout au long de l’après-midi, on voit d’ailleurs des petits groupes arriver, tout rouges d’avoir marché en plein cagnard.

INFOS PRATIQUES
Llahuar Lodge :
40 soles pour une chambre double. Sources chaudes incluses dans le prix. Électricité le soir.
Repas (midi / soir) : 10 soles/pers.
Vente d’eau, sodas, quelques gâteaux mais pas grand-chose pour se ravitailler.
NB : Un petit déj est possible mais seulement à partir de 7h et quelques, du coup nous avons demandé des sandwichs à emporter.

Jour 3 : Llahuar – Sangalle

Nous mettons le réveil tôt et partons du lodge à 5h45 en direction de l’oasis de Sangalle, alors que le jour se lève à peine. Il y encore 5h de rando prévues pour cette journée (c’est exactement le temps qu’on a fait) : une grosse montée d’environ 2h (environ 600 m de dénivelé il me semble), 1h30 de plat et 1h30 de descente. Je pense qu’on a plutôt fait 2h30/2h45 de montée et 1h/45 min de plat, parce que j’ai fait la montée à la vitesse d’une tortue paraplégique. Pour ma défense, j’ai commencé à être malade dans la nuit (#choppelaturistaaufondducanyon), je n’étais donc pas au top de ma forme !

Canyon de Colca, Pérou

La montée commence par un passage assez raide qui m’a à moitié achevée (un chemin de cailloux du lodge jusqu’à la route) mais ensuite sur la route c’est beaucoup plus facile car la pente est plus douce et il n’y a pas besoin de faire attention où on met les pieds. Heureusement sinon je n’y serai pas arrivée ! J’arrive à reprendre mon souffle et à retrouver un rythme à peu près correct, jusqu’à arriver au plat, hourrah !

Là encore le chemin est superbe ! On monte en lacets en se demandant jusqu’où on va continuer à grimper, on traverse des villages endormis bordés de plantations de cactus couverts de fruits, on grimpe toujours jusqu’à atteindre enfin le plat aperçu la veille, et admirer de là la vue sur le canyon et sur l’oasis (et les piscines !!!). Pendant la descente finale, je suis sur les rotules, mes genoux sont en compote mais impossible de relâcher la pression car le chemin est très glissant et j’ai Lilly sur le dos. Ça ne nous empêche pas d’admirer la vue et les collines couvertes de beaux cactus que nous traversons. Les derniers mètres sont un supplice mais on arrive enfin aux palmiers et aux fleurs exotiques qui annoncent l’oasis, et on se pose dans le premier hôtel qu’on trouve !

Canyon de Colca, Pérou

Le reste de la journée se passe tranquillement, entre piscine, bouquins, et sieste… car il faut reprendre des forces avant l’épreuve finale : la remontée vers Cabanaconde avec 1100 m de dénivelé positif.

INFOS PRATIQUES
Hôtel Eden :
30 soles pour une chambre double. Piscine. Électricité et eau chaude.
Repas (midi / soir) : 15 soles/pers.

Jour 4 : Sangalle – Cabanaconde – Arequipa

Départ à 5h du mat pour ce dernier jour car c’est une vrai course contre le soleil qui s’annonce ! On commence de nuit, avec frontale et lampe de poche. Très rapidement on voit les autres randonneurs devant et derrière nous, comme autant de petites lucioles. La montée est raide mais nous progressons vite, j’ai beaucoup moins de mal à monter que la veille et nous avançons à un bon rythme. Contrairement aux autres jours, il y a beaucoup de monde sur cette partie du trek : tout le monde part à la même heure et il n’y a qu’un chemin, donc forcément on se suit tous !

Au bout d’1h et quelques, je vois passer les premières mules : pour 60 – 80 soles, on peut les louer pour faire la montée sur leur dos. Certaines agences utilisent aussi des mules pour porter les sacs, afin que les randonneurs fassent la montée sans aucun poids. Le « conducteur » des mules me voit avec Lilly sur le dos et me propose de monter, mais je ne suis pas encore à bout de forces. Cependant l’idée fait son chemin dans ma tête… Toujours malade, je ne suis pas dans les meilleures conditions pour faire cette montée et je n’ai surtout pas la force mentale de m’épuiser jusqu’au sommet. A mi parcours, je me laisse tenter lorsqu’un nouveau convoi de mules passe, après avoir fait 600 m de dénivelé en 1h20. J’abandonne Fabien derrière : il réussira à faire toute la montée en seulement 2h40, alors qu’il a un énorme sac d’environ 17 kg sur le dos !

De mon côté, j’enfourche donc ma monture, avec Lilly toujours dans son porte-bébé. Je suis bien contente de ne pas l’avoir détachée, car j’ai bien besoin de mes deux mains pour m’accrocher au pommeau de la selle ! Les mules ont le pied sûr mais faire la montée sur leur dos est impressionnant : en effet le chemin est étroit et les mules doivent faire de grandes enjambées pour progresser sur les cailloux. Ça secoue et je suis 100% concentrée pour ne pas tomber. Lilly dans mon dos est ravie et ne fait que rigoler, elle fait sourire tous les gens qu’on croise. Vu le chemin qu’on parcourt, je ne regrette pas mon choix ! Il restait encore un sacré morceau à faire !

Canyon de Colca, Pérou

INFOS PRATIQUES
Vous pouvez « commander » une mule pour la montée si vous ne souhaitez pas la faire, il suffit de le demander à votre hôtel la veille. Vous pouvez aussi comme moi chopper une mule en cours de route : il y a plusieurs convois et la plupart avaient des mules qui ne portaient rien ni personne. Négociez le prix en fonction de là où vous vous trouvez ! (j’ai payé 40 soles en étant à mi parcours). Attention, n’attendez pas d’être trop haut car au bout d’un moment les convois seront tous passés !
NB : pour Lilly si c’était à refaire, je la mettrais en position ventrale dans le porte-bébé, afin de pouvoir la protéger en cas de chute.

Dernière étape : le retour à Cabanaconde et à Arequipa !

Après que Fabien nous ait retrouvé en haut, il restait encore un peu de chemin pour rejoindre Cabanaconde. Et il a fallu que sur ces derniers mètres, à 10 minutes de la fin, je trouve le moyen de tomber dans une rivière, avec Lilly dans les bras et notre sac sur le dos ! Bon, visiblement on s’était trompé de chemin (pas très indiqué, essayez de suivre un groupe avec guide) et quand on s’est retrouvé avec une petite rivière qui nous barrait la route, on a essayé de traverser. Sauf que, j’ai glissé sur une pierre bancale, je suis passée à l’eau avec Lilly et le sac, et j’ai bien cru m’être foulé la cheville.

Après cet exploit, il a fallu qu’on coupe à travers champs pour retrouver le chemin, et j’ai ensuite dû faire tout le trajet retour jusqu’à Arequipa avec un pantalon trempé ! Misère de misère ! Heureusement on avait de quoi changer Lilly et ni nos passeports ni mon téléphone n’ont souffert de la chute dans l’eau, donc plus de peur que de mal. Arrivés vers 8h30 à Cabanaconde, nous avons pu prendre le bus de 9h pour Arequipa, et tout ça sans avoir croisé la dame du boleto ! 140 soles économisés, ça valait bien un petit passage à l’eau !

*C’est quoi ce fameux boleto turistico ?

L’entrée pour la vallée et le canyon de Colca est payante (70 soles par personne). Si vous partez avec une agence, vous devrez acquitter le prix assez rapidement. En autonome en revanche… C’est une question de chance.

Pourquoi ne pas payer : nous ne sommes pas vraiment réfractaires au fait de payer un droit d’entrée, mais dans le cas du canyon, il semble que personne ne gère vraiment et que le montant du boleto va plus ou moins dans la poche de celui qui le fait payer, au lieu de servir à protéger et maintenir le site. Avant de partir faire le trek nous avons lu plusieurs témoignages de personnes qui ne l’avaient pas payé et nous avons tout simplement décidé de faire pareil.

Une superbe aventure, qui nous laissera un souvenir impérissable ! Entre les paysages magnifiques, l’hébergement rustique mais sympa à Llahuar et Sangalle, et les efforts intenses fournis pendant ces 3 jours de randonnée, on n’est pas près d’oublier ce trek dans le Canyon de Colca !

Enregistrer

Enregistrer

5 Comments

  1. manu says

    On avait eu la synthèse en direct mais avec le détail des étapes, c’est assez impressionnant: chapeau: entre les 12kg de Lilly+ sac et les 17kg de Fabien, c’est pas de la gnognotte!

    Et j’ai cru comprendre que Lilly n’avait pas trop apprécié la trempette impromptue!

    • unefilledavril says

      On était assez content de nous à la fin ! 🙂
      Pour la petite baignade improvisée, ça allait car l’eau n’était vraiment pas profonde, donc c’était juste les quelques instants de la chute qui lui ont fait peur mais c’est vite passé !

  2. Miroul says

    Je vous imagine bien, perchées sur votre fringuant destrier, avec les commentaires de miss poulette !

  3. Carole Garcia says

    Rien que de te lire, j’en ai mal aux jambes! Ça me rappelle quelques randos que j’ai pu faire dans les Alpes où j’avais qu’une hâte c’était d’arriver au refuge et m’allonger! Vous allez revenir bien musclés 🙂

  4. Pingback: Voyager avec un jeune enfant, qu’est-ce que ça change ? [FAQ] – Une fille d'avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.