Idées vertes
Leave a comment

1 an de #riendeneuf, #zerowaste et #fuckplastic

Il y a presque un an, le collectif Zero Waste France lançait le défi #riendeneuf, une initiative visant à promouvoir une consommation plus raisonnée, avec l’idée de ne « rien » acheter de neuf en 2018. Je ne rentre pas dans les détails car ce n’est pas l’objet de cet article, toutes les infos sont là. De mon côté, de retour après nos 9 incroyables mois de voyage (et avec une profonde envie de changer les choses), cette initiative m’a semblé super intéressante… et elle a en réalité déclenché un véritable changement de nos habitudes de consommation. Si on fait le bilan aujourd’hui – 1 an plus tard – c’est loin d’être parfait mais c’est assez fou de voir à quel point nos habitudes ont évolué !

Du #riendeneuf au zéro déchet, au local et au bio

Quand on commence à réfléchir à ces problématiques de consommation raisonnée et à tout ce que ça implique, je trouve qu’on passe très vite et très facilement à une démarche plus globale de réduction des déchets et de meilleure consommation. En tout cas pour moi, tout est lié !

Le principe du #riendeneuf est assez facile à appliquer quand on n’a besoin de rien, mais notre déménagement en février nous a obligés à repartir de presque zéro et à trouver comment meubler de manière raisonnée notre nouvel appart. Dans la foulée, nous avons commencé à changer nos habitudes d’achats en privilégiant le vrac/zéro déchet, le local et le bio. Évidemment le changement ne s’est pas fait du jour au lendemain, et il y a toujours des améliorations à faire !

Notre bilan aujourd’hui

  • Les produits qu’on utilise pour l’entretien sont réduits au strict minimum, avec des produits de base (bicarbonate de sodium et vinaigre blanc essentiellement) et tout est acheté en vrac (article ici).
  • Nos courses alimentaires sont majoritairement bio et locales (marché de producteurs ou boutique bio qui se fournit localement) et en vrac.
  • Par rapport à il y a 2-3 ans, la part de ce qu’on fait nous-même a sacrément augmenté : pâtes à tarte, yaourts, soupes, laits végétaux, goûters…
  • Côté vêtements et chaussures, nous achetons majoritairement d’occasion pour Lilly (je trouve que c’est nettement plus facile pour les enfants). Pour les adultes, c’est plus difficile (surtout quand on n’aime pas chercher) mais nous sommes beaucoup attentifs à la provenance/fabrication et privilégions les marques responsables. Malgré notre faible consommation, c’est certainement ce qui nous demande le plus d’efforts en ce moment.

  • Nous n’achetons plus d’eau en bouteille (l’eau de Barcelone n’est pas terrible) mais nous filtrons l’eau du robinet avec un bâtonnet de charbon actif, qui dure 4-6 mois et se composte ensuite. Plus aucun plastique à ce niveau !
  • Nous nous déplaçons majoritairement en vélo, ce qui nous permet de ne plus prendre les transports en commun, mais surtout de ne plus prendre de taxi quand on sort le soir.

Ce dont je suis particulièrement fière

  • Avoir réussi à grandement réduire le nombre de produits que nous achetons encore sous emballage, en trouvant des alternatives ou en faisant à la maison (exemple : les pains au lait du petit déj de Lilly remplacés par des céréales achetées en vrac ou des gâteaux maison à la composition plutôt sympa).
  • Avoir meublé notre appart (semi meublé à l’origine – ça aide) uniquement avec des meubles d’occasion ou récupérés.
  • Avoir trouvé dans les derniers mois, après moultes recherches, des baskets, un jean et de la lingerie éthiques et responsables.
  • Que Lilly soit déjà consciente du fait que le plastique c’est le mal !

Ce que ça implique

Se mettre en mode consommation raisonnée et réduction des déchets implique forcément quelques changements d’attitude.

  • Avant chaque achat matériel, se demander s’il s’agit d’un vrai besoin ou juste d’une envie, s’interroger sur l’utilité du produit et se demander quel est le meilleur moyen de l’obtenir (méthode B.I.S.O.U). Personnellement ma manière d’appliquer cette méthode est surtout d’attendre et de ne rien faire… si le besoin persiste dans le temps, c’est un bon indicateur !
  • Accepter que tout prenne plus de temps (par exemple pour trouver des meubles d’occasion qui nous conviennent).
  • Accepter de faire plus de recherches et de faire plus d’efforts pour acheter mieux (notamment pour tout ce qui est vêtements et chaussures, pour moi en tout cas).

Pièges & découvertes

Malgré toute la bonne volonté qu’on y met, on ne sait pas toujours quelle est la meilleure solution en terme de consommation. On peut aussi se laisser prendre au piège d’un marketing trop bien léché, ou manquer d’informations.

  • Les magasins bios sont souvent un piège : certes les produits sont bios, mais ils sont très souvent sous emballage plastique. Par ailleurs, les produits « exotiques » (quinoa, super aliments, etc.) viennent généralement de loin. Ce n’est pas parce que c’est bio que c’est « bien » !
  • Dans cette même optique, acheter bio pour sa santé, ça semble être une bonne chose… mais il faut aussi prendre en compte l’aspect environnemental : bio ne veut pas dire écologique.

J’espère que ces quelques idées jetées en vrac restent compréhensibles ! Je parle de plus en plus de cette thématique sur le blog (surtout vu le peu d’articles publiés en ce moment !) car elle me tient à coeur, et si ça peut inciter ne serait-ce qu’une personne à s’équiper de sacs à vrac et de bocaux et de partir faire ses courses autrement, mission accomplie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.